Chirac lance un appel contre les faux médicaments

  • A
  • A
Chirac lance un appel contre les faux médicaments
Partagez sur :

L'ancien président lance lundi au Bénin "l'appel de Cotonou", prélude à une campagne de mobilisation contre les médicaments falsifiés.

"Il est de notoriété publique que le trafic de faux médicaments est florissant et extrêmement rentable", a déclaré le Pr Marc Gentilini, délégué général pour l'accès aux médicaments de qualité de la Fondation Chirac. Selon lui, "il est en train de passer devant le trafic de drogue".

C’est pourquoi Jacques Chirac lance lundi au Bénin "l'appel de Cotonou", prélude à une campagne de mobilisation de sa Fondation contre les médicaments falsifiés qui font chaque année des dizaines de milliers de morts. Quelque 200.000 vies selon l'OMS, davantage encore selon d'autres estimations, pourraient être sauvées chaque année s'il n'y avait pas de faux médicaments.

30 à 70 % des anti-paludiques en circulation en Afrique sont de faux médicaments, totalement ou partiellement, selon Marc Gentilini. Ces faux médicaments recèlent le plus souvent peu de principe actif voire, selon le Dr Robert Sebbag, vice-président de Sanofi-Aventis, "des substances hautement toxiques".

Il y a dans la capitale de la RDCongo "4.000 officines portant le nom de pharmacie", pour seulement 70 autorisées", selon Faustin Kabeya, président du Conseil provincial de l'Ordre des pharmaciens de Kinshasa.

L'Afrique semble le continent le plus touché par ce trafic, que "l'on favorisera au détriment de la santé des malades, tant qu'on ne saura pas proposer de médicaments à bas prix dans des pays pauvres", souligne Marc Gentilini.

L'OMS a essayé de renforcer la coopération mondiale avec la mise en place du réseau Impact, et les arrestations se sont multipliées. Ainsi, l'an dernier, l'opération Storm a abouti en Asie à la saisie de 6,6 millions de dollars de faux antibiotiques et de faux traitements contre le sida. L'opération Pagéa, menée par Interpol contre le trafic de médicaments sur l'internet, a permis des saisies de médicaments contre le diabète, l'impuissance et l'obésité. Un réseau a été démantelé au Mexique.