Charlie Hebdo : le Printemps républicain défend une laïcité "fidèle aux textes de 1905"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Amine El-Khatmi, l'un des fondateurs de l'association Printemps républicain qui organise une journée "Toujours Charlie" samedi, a défendu sur Europe 1 une vision de la laïcité "ferme sur les principes".

Alors que 1.500 personnes sont attendues samedi pour participer à la journée "Toujours Charlie, de la mémoire au combat", cet événement, qui entend célébrer et raviver "l'esprit Charlie" trois ans après l'attentat, ne fait pas l'unanimité. En cause : la présence aux commandes de cette journée du Printemps républicain, une association créée en 2016 qui vise à défendre la laïcité. Mais une laïcité dure et fermée, selon ses détracteurs.

"Ferme sur les principes". "Je n'aime pas la laïcité objectivée. Dès qu'on commence à dire que c'est une laïcité ouverte, offensive, dure...", s'est défendu Amine El-Khatmi, adjoint PS à la mairie d'Avignon et membre fondateur du Printemps Républicain. L'élu revendique une "vision pas intransigeante, mais assez ferme sur les principes" de la laïcité. "On n'est pas des laïcards mais on demande à ce que les principes républicains soient respectés lorsqu'ils ne le sont pas. C'est une vision, je crois, fidèle aux textes de 1905."

"La règle de droit qui s'impose". Et Amine El-Khatmi de prendre deux exemples pour appuyer son propos. D'une part, "cette histoire de croix en Bretagne". Dans la commune de Ploërmel en effet, le Conseil d'État avait réclamé le retrait d'une croix en haut d'une statue du pape Jean-Paul II. "Là, pas de débat, c'est la règle de droit qui s'impose", tranche le fondateur du Printemps Républicain. "Sur les prières de rue, pareil."

Divergence au sein de la gauche. Des positions fermes qui rapprochent l'association de personnalités politiques comme Manuel Valls, mais l'éloignent d'autres figures de la scène médiatique, comme Edwy Plenel. Le fondateur de Mediapart avait estimé en novembre dernier que les adeptes de cette vision de la laïcité "trouvent n’importe quel prétexte, n'importe quelle calomnie pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans". Au sein même de la gauche, le débat fait rage sur le principe de laïcité.