"Charlie Hebdo" de nouveau menacé de mort

  • A
  • A
"Charlie Hebdo" de nouveau menacé de mort
La rédaction de "Charlie Hebdo" est de nouveau menacée de mort. @ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le journal a de nouveau été la cible de menaces de mort sur sa page Facebook après la publication des numéros du 14 juillet et celui de mercredi. 

Charlie Hebdo a dépoté plainte contre X jeudi : le journal satirique a de nouveau été la cible de menaces de mort depuis le début de l'été, rapporte Le Parisien. Une enquête a été ouverte dans la foulée par le parquet de Paris. L'hebdomadaire a reçu une soixante de messages glaçants, d'insultes et de propos antisémites sur sa page Facebook, après avoir posté la Une du 14 juillet. 

La Une appelle les musulmans à se "décoincer". Une seconde vague de menaces est survenue après la publication du dernier numéro mercredi. La Une représente un couple nu sur la plage : l'homme à la longue barbe court hilare à côté d'une femme voilée. Et en légende : "Musulmans… Dé-coin-cez-vous !" Parmi les menaces postées sur la page Facebook, l'un parle même d'un prochain attentat. La rédaction de Charlie Hebdo fait toujours l'objet d'une protection policière renforcée.



"Les menaces ont commencé à la mi-juillet". "Nous avons déposé plainte, hier, auprès du commissariat du 13e arrondissent de Paris pour menaces", a déclaré à l'AFP Eric Portheault, coactionnaire du journal avec Riss, confirmant une information du Parisien. "Ca n'arrête pas", a-t-il ajouté à propos des menaces. Dans la foulée, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "menaces de morts matérialisées par écrit", a-t-on précisé de source judiciaire. Les investigations concernent plusieurs dizaines de messages, sur la période juillet-août, a-t-on ajouté de même source. Une enquête préliminaire ouverte en juin après de précédentes menaces de mort est toujours en cours. "Les menaces ont commencé à la mi-juillet, mais il y en a surtout eu mardi", a précisé Eric Portheault, rappelant que ce n'est pas la première fois qu'il dépose plainte pour des menaces.