Ces médicaments qui seront bientôt moins remboursés

  • A
  • A
Ces médicaments qui seront bientôt moins remboursés
Partagez sur :

Plus de cent médicaments vont voir leur taux de remboursement passer de 35 à 15% en 2010, a annoncé jeudi le ministère de la Santé.

Des lotions désinfectantes (l'Hexomédine), une crème anti-herpétique (le Zovirax), un anti-acnéique (l'Eryfluid), ou bien encore des crèmes anti-inflammatoires (le Nifluril) ou des tranquillisants (l'Equanil). Au total, cent-dix médicaments, dont l’efficacité est jugée "faible" ou "insuffisante", vont voir leur taux de remboursement baisser, et passer de 35% à 15%, selon l’une des dispositions du "projet de loi de financement de la Sécurité sociale", le "budget de la Sécu", annoncée jeudi.

Le ministère de la Santé n’a pas diffusé la liste exacte des médicaments concernés, pour l’heure, mais un simple "aperçu" : interrogé par europe1.fr jeudi soir, le cabinet de Roselyne Bachelot assure que c’est "la Haute Autorité de Santé [qui] s’en chargera".

Quelques précisions supplémentaires ont toutefois été fournies sur les médicaments concernés : "88 médicaments" dont l’efficacité ("le Service médical rendu", ou SMR) est jugée "faible" seront ainsi moins bien remboursés, une mesure qui touchera également "22 médicaments" dont l’efficacité est jugée "insuffisante". Objectif annoncé : une économie de 145 millions d'euros.

Voici la liste des médicaments concernés les "plus connus", selon le cabinet de Roselyne Bachelot :
- Le Flammazine (un antibiotique local),
- Le Zovirax (une crème anti-herpétique),
- L’Hexomédine (un désinfectant),
- L’Eryfluid (un anti-acnéique local),
- Le Coltramyl (myorelaxant),
- Le Nifluril (une crème anti-inflammatoire),
- L’Equanil (un tranquilisant),
- Des vaso-dilatateurs, dont le nom n’a pas été précisé, seront également concernés.

Toutefois, une prise en charge à 100% de ces médicaments sera toujours effectuée par la Sécurité sociale, quand ils seront prescrits à une personne qui souffre d'une maladie de longue durée, assure le ministère de la Santé.