Ces "Coquelicots" qui veulent nous mobiliser contre les pesticides

  • A
  • A
Ces "Coquelicots" qui veulent nous mobiliser contre les pesticides
L'utilisation de pesticides en France était en augmentation de 2014 à 2016, selon les derniers chiffres du gouvernement. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Un mouvement citoyen lance mercredi "l'Appel des coquelicots" pour demander au gouvernement l'interdiction des pesticides de synthèse en France.

Après la "Marche pour le climat", un "mouvement des coquelicots" s'apprête à éclore. Une organisation citoyenne baptisée "Nous voulons des coquelicots" est lancée mercredi avec la publication simultanée d'un livre-manifeste et d'un appel dans les colonnes de Charlie Hebdo, afin d'alerter la société sur la prolifération des pesticides et l'inviter à se mobiliser.

"On demande la sortie totale et définitive des pesticides chimiques de synthèse (ou produits phytosanitaires, de type glyphosate, ndlr) en France. Depuis des années, on nous promet la réduction de ces pesticides, on tergiverse, on a promis une réduction de 50% et on va finalement vers +20%... On ne va pas dans le bon sens !", s'alarme auprès d'Europe 1 François Veillerette, coauteur du livre-manifeste Nous voulons des coquelicots.

Pour la fin des pesticides de synthèse

Dans ce livre, François Veillerette a enquêté avec le journaliste Fabrice Nicolino sur "l'empoisonnement" de la société aux pesticides, ses conséquences sur la faune et la flore, ainsi que sur la santé humaine, et appelle à "un soulèvement pacifique". "La démarche est claire : on demande une agriculture qui respecte la vie, et qu'on n'emploie plus de 'chimie de guerre' dans nos champs", poursuit-il. Chroniqueur régulier de Charlie Hebdo et blessé lors de l'attaque terroriste qui a visé la rédaction en janvier 2015, Fabrice Nicolino explique de son côté se battre désormais pour "ce qui compte vraiment", a-t-il dit au Parisien, qui relayait lundi "l'Appel des coquelicots".

Dans un rapport publié en juillet dernier, le gouvernement a fait état d'une augmentation de 12% de l'utilisation des produits phytosanitaires dans l'Hexagone entre 2014 et 2016, après une première hausse de 9% enregistrée de 2013 à 2014. L'objectif, fixé lors du Grenelle de l'environnement en 2007, de réduire de 50% l'usage des pesticides d'ici 2018, a été repoussé à 2025. Le recours accru aux pesticides est pointé du doigt par des chercheurs dans la disparition de certaines espèces animales, ou encore dans le développement de maladies chez l'être humain : ils auraient par exemple contribué à la disparition d'un tiers des oiseaux dans les champs de l'Hexagone depuis près de 30 ans, et favoriseraient le développement de la maladie de Parkinson.

Tout le monde est concerné, chacun est exposé

Dans l'espoir d'inverser la tendance, un appel de 100 citoyens est publié mercredi dans le journal Charlie Hebdo. Enseignants, ouvriers, médecins, artistes… "Ce ne sont pas des people. Ce sont des gens ordinaires, comme vous et moi, de toutes les professions. Il y a un ras-le-bol populaire. C'est donc l'exigence de la société qui s'exprime dans ce pamphlet. Elle est radicale mais nécessaire", prévient François Veillerette, également porte-parole de l'association de défense de l'environnement Générations Futures.

L'hebdomadaire satirique prévoit aussi de publier les résultats d'analyses de mèches de cheveux d'une dizaine de ses collaborateurs, dont certaines contiennent des traces d'un insecticide interdit depuis 1972, rapporte Le Parisien. "Tout le monde est concerné. Chacun est exposé à des dizaines et des dizaines de pesticides, et cela montre l'empoissonnement dans lequel on vit", s'inquiète François Veillerette. Le coquelicot, symbole du mouvement, a d'ailleurs été choisi car il a aujourd'hui disparu des champs "matraqués de désherbants".

Des actions partout en France pendant deux ans

Le "mouvement des coquelicots", soutenu par des associations et des personnalités, promet François Veillerette, s'organise et se structure depuis plusieurs mois déjà. Au-delà de la publication de l'appel, de très nombreuses actions sont prévues sur le long terme. "Ça va durer dans le temps, un an, deux ans… On met à disposition du public un mouvement qui répond à leurs aspirations, et c'est à eux désormais de s'en saisir, de le faire vivre, de le faire prospérer", détaille François Veillerette, qui souhaite même voir le mouvement "échapper aux organisateurs". Les militants pourront aussi bien porter des badges-coquelicots sur leur veste qu'organiser des réunions d'informations dans leurs communes. Des milliers d'événements pourraient se tenir partout en France d'ici 2020, a fait savoir Fabrice Nicolino au Parisien.

Avec cette force de frappe importante, "l'Appel des coquelicots" espère trouver le même écho que la "Marche pour le climat", qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues en France samedi. "C'est extrêmement encourageant, les gens prennent conscience des problématiques environnementales", s'enthousiasme François Veillerette. Et bien que le mouvement ait été préparé en amont de la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, François Veillerette estime que celle-ci "ne relève peut-être pas du hasard" : "Cela veut dire que la politique ne suffit plus. Sans un engagement fort de la société civile, on n'arrivera à rien. On a besoin d'un sursaut citoyen."