Ces commerçants qui rendent service aux sans-abri

  • A
  • A
Ces commerçants qui rendent service aux sans-abri
@ AFP
Partagez sur :

L’association "Carillon" propose différents services de la vie quotidienne : un café, un duvet, une prise électrique pour recharger un téléphone ou quelques produits d’hygiène.

C'est une initiative solidaire lancée fin novembre. "Le Carillon", une association d’aide aux SDF, rassemble un groupe de commerçants du 11e arrondissement de Paris qui  proposent de leur venir en aide : un café, un duvet, une prise électrique pour recharger un téléphone ou quelques produits d’hygiène. Des commerces reconnaissables grâce aux logos de l'association affiché sur la devanture. Un logo bien connu par les sans-abris du quartier, mis au courant par des bénévoles.

"Une symbolique forte". Ce sont déjà une soixantaine de commerces qui affichent sur leur devanture le logo bleu clair aux trois clochettes. Boire un café, manger un morceau ou même simplement utiliser des toilettes ou discuter un peu, l'association propose une vingtaine de services simples. Simples mais essentiels pour Louis-Xavier Déca, fondateur du Carillon. "Ce sont des petites choses du quotidien et, surtout, cela a une symbolique forte : c’est de la bienveillance, de l’acceptation".

Et comme un tiers des commerçants sollicités Momo, gérant du café Le Popincourt, a ouvert ses portes en grand. Lui distribue des sandwiches tous les midis : « Deux tranches de jambon avec une demi-baguette et un bout de gruyère, ça ne coute rien du tout. Tout le monde doit suivre, que ce soit les boulangeries, les fruits et légumes...", estime-t-il.

"Cela nous permet de maintenir le lien social". Bien sûr, les plus enthousiastes sont les sans-abris. Cela fait six ans que Maryse dort dans la rue. "Quand on est SDF, on est peut-être trop dans ce milieu, on hésite à aller ailleurs. Et cette association nous permet de maintenir le lien social avec des gens ‘normaux‘. Il ne faut pas oublier que quand on est SDF, on a eu un passé". Et l'association compte bien s'exporter, d'abords dans le reste de la capitale, puis dans d'autres villes de France.