Bernard Cazeneuve : "Tout est fait pour que la sécurité soit garantie" à Noël

  • A
  • A
Bernard Cazeneuve : "Tout est fait pour que la sécurité soit garantie" à Noël
Partagez sur :

Un peu plus d'un mois après les attentats, le ministre de l'Intérieur a évoqué les mesures de sécurité prises à l'approche de Noël.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a assuré mardi que "tout est fait pour que la sécurité soit garantie" à l'occasion des célébrations chrétiennes de Noël, un peu plus d'un mois après les attentats qui ont fait 130 morts.

"Patrouilles dynamiques". "En fonction du positionnement des lieux de culte, des gardes statiques, des patrouilles dynamiques peuvent être mises en place, elles le seront par les forces de sécurité", a affirmé le ministre à la sortie d'une rencontre avec des représentants des cultes chrétiens, musulman et juif. Bernard Cazeneuve a aussi évoqué la condamnation de certaines portes des églises "pour garantir un meilleur filtrage". "Il faut en même temps dire aux Français la vérité : il y a dans notre pays un peu moins de 300.000 policiers et gendarmes, il y a 77.000 écoles, il y a des milliers de lieux de culte, il y a des milliers d'institutions. Donc c'est par des patrouilles dynamiques, des mesures de précaution prises par les institutions religieuses elles-mêmes que nous parviendrons à assurer la sécurité, et tout est fait pour que la sécurité soit garantie", a poursuivi le ministre.

Aucun acte raciste toléré. Au nom de la Conférence des évêques de France, l'évêque de Pontoise, Mgr Stanislas Lalanne, s'est félicité que "des mesures de prudence, de vigilance soient prises - et nous y participons". "Le ministère de l'Intérieur ne tolérera - je le redis - aucun acte antisémite, aucun acte islamophobe, aucun acte antichrétien", a également affirmé Bernard Cazeneuve. "La fermeté de ce ministère sera totale, et d'ailleurs cette fermeté commence à payer", s'est réjoui le ministre, évoquant en 2015 "moins d'actes antisémites que nous n'en avons eu l'an dernier" et un nombre d'actes antimusulmans "bien moindre" après le 13 novembre qu'à la suite des attentats de janvier.