Canicule : à Mont-de-Marsan, la population s'organise pour supporter la chaleur

  • A
  • A
Canicule : à Mont-de-Marsan, la population s'organise pour supporter la chaleur
La ville de Mont-de-Marsan veille à ce que les personnes âgées restent bien hydratées@ NICOLAS TUCAT / AFP
Partagez sur :

Prendre des nouvelles des personnes âgées, fréquenter des lieux climatisés ou encore modifier les horaires des ouvriers en plein air, chacun adopte de nouvelles habitudes pour mieux supporter la chaleur.

L'ENQUÊTE DU 8H

À Mont-de-Marsan, dans les Landes, la chaleur est étouffante. Dans la nuit de lundi à mardi, la température n'est redescendue qu'à 19-21 degrés, après avoir flirté avec les 40 dans la journée. Une chaleur qui explique le placement du département en vigilance orange où chacun tente d'adopter les bons gestes.

Prendre des nouvelles régulièrement. Le Centre communal d'Action sociale est notamment mobilisé. Il dispose d'un registre qui répertorie, à l'échelle de la ville, 300 personnes susceptibles de souffrir de cette canicule. Première mesure : entrer en contact avec elles, prendre très régulièrement des nouvelles. "Bonjour, c'est le CCAS [Centre communal d'Action sociale] de Mont-de-Marsan. Je vous appelle suite à votre inscription sur la 'liste canicule'. Vous buvez, vous vous hydratez avec un gant humide ? Vous pensez à aérer le soir tard ou le matin de bonne heure ? C'est très bien."

Rafraîchir les personnes âgées. Et on invite les personnes âgées, quitte à aller chercher celles qui ne peuvent pas se déplacer, à venir se rafraîchir dans l'un des trois clubs du troisième âge climatisés de la ville. "Ici on est bien, on ne sent pas la chaleur mais dehors elle est très forte. Je viens pour jouer et être au frais", raconte l'une des retraitées concernée.

Car dans cette salle, la partie de cartes de lundi était agrémentée de distribution de rafraîchissements et de glaces. "Ça, c'est pour la chaleur, c'est un cornet de glace", explique une autre participante. "Comme on ne peut pas refroidir l'extérieur, on rafraîchit l'intérieur. Pour moi c'est très dur cette chaleur." Pour une autre joueuse de cartes, la solution, c'est "un ventilateur sans piles" avec une petite manivelle à tourner. "Trois euros !", vante-t-elle fièrement. 

Adapter les horaires et mettre de l'eau à disposition. Un petit ventilateur qui ne suffit pas pour ceux qui travaillent en plein soleil comme la soixantaine d'ouvriers qu'emploie Arnaud Baptistan dans son importante entreprise de travaux publics. "Nous adaptons les horaires", explique-t-il. "Nous essayons de commencer le plus tôt possible sans gêner les riverains. Nous 'contractons' la journée, c'est-à-dire 7h-midi et 13h-15h. On leur fournit de l'eau. Le grand frigo, à l'atelier, est rempli tous les soirs. Ici on a du stock complémentaire donc ils viennent chercher tout ce dont ils ont besoin."

Plus de foot pendant les récréations. Quant aux 39 écoles de l'agglomération de Mont-de-Marsan, on prend aussi des mesures de bon sens... On baisse les rideaux et on propose de l'eau aux petits tout au long de la journée. D'après un élève, les récréations sont aussi beaucoup plus calmes : "on ne joue plus au foot. On s'assoit et on discute. Et déjà, ça nous fatigue."