Camus : l'opération de Johnny a été "un massacre"

  • A
  • A
Camus : l'opération de Johnny a été "un massacre"
Partagez sur :

Son producteur se veut rassurant sur l'état de santé du chanteur mais met en cause le chirurgien parisien qui l'avait opéré.

Les fans de Johnny Hallyday ont tremblé pour leur idole toute la journée de jeudi. Mais le producteur du chanteur a donné des nouvelles rassurantes de son état de santé vendredi matin sur Europe 1. "Johnny est totalement réveillé, (...) il bouge, il ouvre les yeux, il a reconnu Laeticia", a indiqué Jean-Claude Camus.

"Il n'a pas fait de discours", a-t-il ajouté en plaisantant, "il faut plusieurs heures pour récupérer toutes ses facultés". Johnny Hallyday avait été placé en coma artificiel et opéré des lésions résultant d'une opération récente à Paris pour une hernie discale.

Jean-Claude Camus a fortement mis en cause le docteur Stéphane Delajoux qui l'avait opéré le 26 novembre dernier. "Les (médecins) américains étaient outrés. Aucun drain n'a été posé" après l'opération, ce qui est normalement le cas après un tel acte chirurgical, a-t-il dénoncé. Dans la matinée, le producteur a précisé qu'"il semble que la moëlle épinière était touchée" après l'opération parisienne. "On nous a dit que c'était un massacre", a-t-il dit.

Le producteur a également réfuté la thèse selon laquelle Johnny Hallyday aurait quitté trop tôt l'hôpital pour se rendre aux Etats-Unis : "J'ai eu ledit chirurgien cinq ou six jours avant l'opération et je m'étonnais du peu de temps où Johnny était immobilisé. 'Non, non, Johnny, ce n'est rien du tout, il a deux jours d'hôpital, il peut partir quatre jours après à Los Angeles'. Donc Johnny (...) a suivi l'avis médical."

Johnny Hallyday doit reprendre sa tournée le 8 janvier prochain. D'après Jean-Claude Camus, le chanteur devrait être en mesure de tenir ses engagements. "Il a été très secoué, il a subi beaucoup d'anesthésie en peu de temps mais il a des facultés de récupération incroyables", assure-t-il. Mais "je suis avant tout son ami, je ne suis pas un mercenaire et s'il faut donner quelques jours de plus à Johnny pour se reposer", il les aura, a-t-il tempéré. "On va attendre l'avis des médecins qui décideront s'il a besoin d'une convalescence. Je ne me plierai pas à la volonté de Johnny qui voudra repartir, mais à la volonté de ses médecins", a-t-il ajouté plus tard.

Lors de ses derniers concerts, Johnny Hallyday souffrait énormément. "Ca a été très dur pour lui. Tous les jours, avant qu'il entre en scène, on était obligé de le piquer au Voltarène (un anti-douleur, ndlr) car les douleurs étaient insupportables", a expliqué Jean-Claude Camus.

Selon le producteur, la vie de Johnny Hallyday n'a pas été menacée par ces complications : "ses jours n'étaient pas en danger. On n'a pas osé y penser (à la mort, ndlr)". Dans une interview accordée au magazineElle avant cette nouvelle hospitalisation et publiée vendredi, Laeticia, l'épouse de Johnny Hallyday, évoque son opération du cancer du côlon. "Les suites opératoires ont été compliquées. Pendant quarante-huit heures, il a été en danger", dit-elle.

Jean-Claude Camus a par ailleurs évoqué une "possible procédure judiciaire" à l'encontre du médecin parisien.

> Johnny de nouveau dans un coma artificiel

> Sous le feu des critiques, le médecin de Johnny se défend

> Stars et procès, les deux faces du médecin de Johnny