Les cabines de bronzage désormais interdites aux mineurs

  • A
  • A
Les cabines de bronzage désormais interdites aux mineurs
@ THOMAS COEX / ARCHIVES / AFP
Partagez sur :

SANTÉ - La vente d'appareil de bronzage pour un usage particulier serait aussi interdite. 

En janvier, la revue 60 Millions de consommateurs avaient réclamé leur interdiction. En février, c'est l'Académie de médecine qui s'était aussi prononcé dans ce sens. Désormais, c'est le gouvernement qui prend des mesures restreignant et réglementant l'accès aux cabines de bronzage. Dans le cadre de l'examen du projet de loi Santé, l'Assemblée nationale a voté vendredi l'interdiction pour les mineurs. En France, 10.700 établissements pratiquent cette activité et 40.000 appareils sont en activité, ceux des particuliers inclus. 

Vente aux particuliers aussi interdite. La disposition votée par les députés comprend aussi l'interdiction de publicité auprès des mineurs vantant l'usage d'appareils de bronzage artificiel. La vente ou la cession, même gratuite, d'un tel appareil pour un usage personnel sera aussi prohibée.

Les députés ont enfin fait inscrire dans le projet de loi l'obligation de formation des professionnels aux risques pour la santé de l'exposition aux rayonnements UV. De plus, les cabines de bronzage ouvertes au public pourraient être soumises à autorisation, au lieu d'une simple déclaration aujourd'hui.

"Nos concitoyens n'ont pas conscience des risques qu'ils prennent" et "nous sommes préoccupés par l'utilisation à domicile de ces appareils", a déclaré Marisol Touraine, ministre de la Santé. 

Mélanome. Dans les motifs de l'amendement figure le fait que "le nombre de cancers de la peau double tous les dix ans" et que la dangerosité de l'exposition aux UV artificiels utilisés dans les cabines de bronzage a été prouvée. Selon l'Institut de veille sanitaire, l'usage tel qu'il est fait actuellement des cabines de bronzage provoquerait les 30 prochaines années 500 à 2.000 décès, "ce qui est comparable aux décès imputables au Mediator".

3e plan Cancer. En 2013 et 2014, le ministère de la Santé avait déjà cherché à encadrer l'activité des cabines de bronzage,  avec notamment une obligation de qualification des opérateurs et d'information des utilisateurs, mais elles sont insuffisamment mises en œuvre. La diminution de l'exposition aux rayonnements ultraviolets artificiels et naturels est en outre un des objectifs du 3e plan cancer (2014-2019). 

Si la France n'a pas sauté le pas de l'interdiction totale, deux pays dans le monde l'ont fait. Le Brésil depuis 2009 interdit les salons de bronzage mais aussi l'importation, la location et la vente d'appareils de bronzage artificiel. LAustralie depuis le 1er janvier 2015 a interdit sur son territoire les instituts de bronzage.

>> LIRE AUSSI - Les mannequins trop maigres interdites de podium

>> LIRE AUSSI - Publicité sur le vin : les alcoologues inquiets

>> LIRE AUSSI - Tabac et binge drinking dans le viseur de la loi Santé

>> LIRE AUSSI - Le don d'organes bientôt rendu automatique ?