"Burkini" : la sortie piscine controversée est finalement annulée

  • A
  • A
"Burkini" : la sortie piscine controversée est finalement annulée
Les femmes étaient autorisées à venir en burkini ou jilbeb de bain.@ DR
Partagez sur :

Le directeur du centre aquatique a renoncé à louer ses installations à l'association qui voulait réserver la baignade aux femmes, autorisées à venir en burkini ou jilbeb de bain.

La sortie controversée en "burkini" dans un centre aquatique des Bouches-du-Rhône a finalement été annulée. D'après une information du site Marsactu.fr et de France Bleu Provence, le directeur du centre aquatique aux Pennes-Mirebeau a renoncé lundi à louer ses installations à l'association qui voulait privatiser les lieux, pour une journée de baignade autorisant les femmes à venir en burkini le 10 septembre prochain.

Le directeur renonce à louer les lieux. Cette décision vient d'un commun accord entre le maire des Pennes-Mirabeau et le directeur du centre aquatique Speed Water. Le maire a contacté le directeur du centre pour le convaincre de renoncer à louer ses installations : "Il a convenu avec moi que ce genre d’événement dans ce contexte n'était pas approprié", a expliqué Michel Amiel (divers gauche) à Marsactu. "Le responsable du centre aquatique n'avait plus de nouvelles de l'association depuis plusieurs semaines et n'avait pas mesuré l'émotion que l'organisation de cette manifestation pouvait susciter", a ajouté le maire sur France Bleu.

"Aller vers l'apaisement". D'après Michel Amiel, le directeur du centre aquatique ne souhaitait pas prendre la décision d'annuler l'événement seul. Les deux hommes ont signé un communiqué commun pour expliquer les raisons de cette annulation. "C'est une bonne décision qui calme le jeu (...) Vu les circonstances, Il faut aller vers l'apaisement", a justifié le maire. Cette sortie "burkini" dans un centre aquatique près de Marseille a suscité l'ire de certains élus de droite et d'extrême droite, et la profusion de réactions racistes sur les réseaux sociaux.