Brest : le policier mis en examen après des coups de feu tirés en civil a été libéré

  • A
  • A
Brest : le policier mis en examen après des coups de feu tirés en civil a été libéré
Le policier était allé chercher son arme à son domicile (illustration).@ AFP
Partagez sur :

Mis en examen pour avoir fait usage de son arme en civil et ivre, un policier brestois a été libéré vendredi dans l'attente de son procès.

Le policier en civil qui avait fait usage de son arme sans faire de blessé fin mai en plein centre de Brest a été libéré vendredi dans l'attente de son procès, a indiqué le parquet de Brest. Le gardien de la paix de 50 ans a été libéré "à compter de ce jour par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes", a annoncé le procureur de la République de Brest Eric Mathais. L'homme a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à Brest, dans des débits de boisson, d'exercer l'activité de fonctionnaire de police, de détenir ou de porter une arme et obligation de soins. 

En repos, il va chercher son arme. Le policier avait été mis en examen le 31 mai pour violence avec arme et mise en danger de la vie d'autrui et incarcéré à Rennes. Deux jours plus tôt, alors qu'il était en repos, il avait tiré en plein centre-ville des coups de feu, en l'air selon lui, vers un groupe de personnes selon des témoins. Aux enquêteurs, il avait expliqué avoir été agressé par trois personnes alors qu'il traversait une place et être allé chercher son arme de service au commissariat, "pas pour blesser, pas pour tuer, mais pour impressionner". Rapidement interpellé, le policier, qui était ivre, avait été placé en garde à vue.

Le policier déjà condamné. Selon des sources proches de l'enquête à l'AFP, le gardien de la paix a été condamné à deux reprises à des peines avec sursis, la première en 2009 pour violence par personne dépositaire de l'autorité publique et la deuxième en 2012 pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique, rébellion et violences. L'inspection générale de la police nationale de Rennes a été saisie de l'affaire.