Bonus de l'Etat sur les vélos électriques : ce qu'il faut savoir

  • A
  • A
Bonus de l'Etat sur les vélos électriques : ce qu'il faut savoir
Un vélo à assistance électrique coûte en moyenne un peu plus de 1.000 euros. @ LEON NEAL / AFP
Partagez sur :

200 euros pour vous permettre d'acheter un vélo à assistance électrique, c'est la nouvelle mesure mise en place par le gouvernement pour accélérer la mobilité des Français.

L'Etat veut doper les ventes de vélos électriques. Un décret, paru au Journal Officiel ce week-end, prévoit une aide de 200 euros si vous achetez avant le 31 janvier 2018 un deux, trois, voire un quatre roues, avec un moteur qui ne dépasse pas 3 kilowatts de puissance. Un vélo à assistance électrique coûte en moyenne un peu plus de 1.000 euros. 

Comment ça marche ? Gardez très précieusement votre facture lors de l'acquisition de votre vélo électrique car il vous faudra envoyer cette preuve d'achat, ainsi qu'un RIB, à l'Agence de services et de paiement. Cet établissement, qui gère certaines aides de l'Etat et des collectivités, vous remboursera alors 200 euros. La démarche se fera bientôt facilement sur un site dédié. 

Combler un manque. Pour Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers de la bicyclette, ce coup de pouce est bienvenu. "Quand on a vu l'extension des aides pour les voitures électriques aux scooters électriques, on a vivement protesté pour dire qu'il y avait quand même un problème de justice. Il n'y avait rien pour les vélos à assistance électrique", déplore-t-il. Ce bonus est aussi valable pour d'autres engins, comme les trottinettes électriques par exemple.

Un bonus pas si avantageux. Ce bonus a aussi un gros défaut. En effet, il n'est pas cumulable avec les subventions déjà accordées par un certain nombre de collectivités et qui sont souvent bien plus intéressantes. A Paris par exemple, où l'on a récemment connu de gros épisodes de pollution, le dispositif gouvernemental n'aura aucun effet. En effet, la Mairie propose déjà jusqu'à 400 euros d'aides. Les cyclistes parisiens bouderont forcément la nouvelle aide, deux fois moins élevée.