Bientôt une nouvelle sainte et un nouveau bienheureux français

  • A
  • A
Bientôt une nouvelle sainte et un nouveau bienheureux français
Le pape François a validé vendredi la procédure pour reconnaître la valeur de deux religieux français.@ AFP
Partagez sur :

Elisabeth de la Trinité, va devenir sainte, et le père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, va être fait bienheureux.

Le pape François a validé vendredi la procédure pour reconnaître la valeur de deux religieux français auteurs d'ouvrages mystiques, Elisabeth de la Trinité, qui va devenir sainte, et Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, qui va être fait bienheureux. François a autorisé la Congrégation pour la cause des saints à promulguer des décrets reconnaissant deux miracles attribués aux deux religieux, signes pour l'Église catholique de leur proximité avec Dieu. Un premier miracle permet d'être déclaré bienheureux, un second saint.

Béatifiée par Jean-Paul II. Elisabeth de la Trinité, née Elisabeth Catez près de Bourges en 1880, est entrée au carmel à Dijon à l'âge de 21 ans, malgré les réticences de sa famille. Cette mystique musicienne a écrit des poèmes, quatre traités spirituels et une prière au "Dieu Trinité" qui a connu un écho dans tout le monde catholique. Décédée en 1906, à 26 ans, elle a été béatifiée en 1984 par Jean-Paul II.

Un prêtre aveyronnais. Le père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, né Henri Grialou en Aveyron en 1894. Ordonné prêtre en 1922, il a fondé dix ans plus tard l'institut séculier Notre-Dame de Vie. Son livre "Je veux voir Dieu" a été traduit en six langues.

Un grand intérêt pour la France. Le pape François a souvent exprimé son intérêt pour la riche culture catholique française. "Ma spiritualité est française. Mon sang est piémontais, c'est peut-être la raison d'un certain voisinage", a-t-il confié lors d'une conversation mardi au Vatican avec des chrétiens de gauche français, en estimant que le jésuite français Michel de Certeau, mort en 1986, était "le plus grand théologien pour aujourd'hui". 

Le pape a également une intense dévotion pour la mystique Thérèse de Lisieux, dont il a canonisé les parents en octobre. Il cite souvent saint Jean-Marie Vianney, dit "le curé d'Ars", célèbre confesseur au XIXème siècle.
Il dit aussi avoir pour modèle Pierre Favre, un Savoyard qui fut l'un des compagnons d'Ignace de Loyola -- fondateur des jésuites au XVIème siècle -- et qu'il a canonisé en 2013.