Bac d'histoire-géo 2017 : les corrigés des sujets en séries L et ES

  • A
  • A
Bac d'histoire-géo 2017 : les corrigés des sujets en séries L et ES
Quelque 182.000 élèves de Terminale L et ES ont passé l'épreuve d'histoire-géographie vendredi matin.@ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

L'Allemagne et la Chine étaient au programme de l'épreuve d'histoire-géographie pour les Terminale L et ES. Une professeure de lycée nous livre "à chaud" le corrigé des dissertations proposées.

BAC

À peine remis de l'épreuve de philosophie, les quelque 182.000 lycéens de filière littéraire et économique et sociale se sont attaqués vendredi matin à l'histoire-géo. Cette année, c'est l'histoire qui est tombée en épreuve majeure. Au choix, les candidats au bac avaient deux sujets de dissertation : "Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours" et "La Chine et le monde depuis 1949". Elodie Gavrilof, professeure au lycée Maximilien-Sorre à Cachan, dans le Val-de-Marne, livre pour Europe 1 sa correction à chaud.

Sujet 1 : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

  • Les notions à aborder

"Pour comprendre les enjeux de ce sujet, qui porte sur le chapitre “Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de 1875 à nos jours”, il convient de bien en comprendre ses termes. Le sujet concerne en grande partie le monde ouvrier. Il faut donc comprendre les enjeux auxquels sont confrontés ses acteurs, et comment ils investissent le champs politique, pour être à même d’expliquer l’évolution du monde ouvrier", précise Elodie Gavrilof. 

Le sujet commence en 1945, après la chute du nazisme qui a fortement réprimé les mouvements ouvriers en Allemagne. Il convient de revenir dans l’introduction sur la renaissance des partis après la période nazie. II convient par ailleurs de distinguer les situation en RDA et en RFA. Le sujet mène jusqu’au 21ème siècle, et à la victoire d’Angela Merkel (parti chrétien démocrate) face à Gerard Schröder en 2005".

  • La construction du sujet

"Parce que l’élève doit décrire une évolution, il convient d’adopter un plan chronologique. Une fois posés les enjeux du sujet, on peut donc dégager la problématique suivante : Comment le contexte international a-t-il façonné les mouvements ouvriers allemands après la Seconde Guerre mondiale ?"

  • I. Les mouvements ouvriers en RDA sous l’influence soviétique

A. La place et le rôle du Parti socialiste unifié (SED)

B. La construction d’une société communiste

C. La répression des instances du parti face à l’opposition.

  • II. L’organisation des mouvements ouvriers et syndicaux en RFA

A. Les trois grands partis politiques en RFA

B. Les mouvements syndicaux sur la voie du réformisme

C. Le SPD au pouvoir

  • III.  Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne réunifiée (1990 à nos jours)

A. La reconfiguration du SED après la réunification allemande

B. Le retour du SPD avec Gerard Schröder

C. La crise du syndicalisme allemand dans les années 2000

  • Les écueils à éviter 

"Il faut ici faire attention à ne pas s’attarder sur le premier 20ème siècle, qui est l’objet du chapitre de terminale".

Sujet 2 : La Chine et le monde depuis 1949

  • Notions à aborder

"Il s’agit ici principalement de comprendre comment la Chine est devenue la grande puissance qu’elle est désormais. Il convient donc de comprendre comment l’économie communiste, mise en place à partir de 1949, s’est peu à peu ouverte au monde, jusqu’à devenir le premier exportateur mondiale au quatrième trimestre de l’année 2009 en dépassant l’Allemagne", explique en préambule la professeure au lycée Maximilien-Sorre de Cachan.

"Le sujet commence avec la proclamation de la Chine communiste par Mao Tse-Toung le 1er octobre 1949. Mao Tse-Toung prend la tête du mouvement communiste chinois lors de la Longue Marche, périple entre octobre 1934 et octobre 1935 au cours duquel l’armée régulière du Kuomintang prend en chasse l’armée communiste. Le premier 20ème siècle chinois est notamment marqué par l’invasion des Japonais en Mandchourie en 1931, et qui ne se retirent de Chine qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour comprendre l’émergence de la Chine communiste comme puissance, il convient de revenir sur les relations que celle-ci entretient avec l’Union soviétique qui oscillent entre rapprochement dans les années 1950 et confrontation dans les années 1960. L’économie chinoise s’ouvre peu à peu à partir des années 1970 et ce mouvement est amplifié à partir de la mort de Mao en 1976. En 1992, la Chine rétablit ses relations diplomatiques avec l’Occident. Le pays s’affirme sur la scène internationale avec notamment le retour d’Hong Kong et de Macao sous sa souveraineté à la fin des années 1990. Cependant, malgré l’émergence d’une classe moyenne urbaine, les inégalités sont souvent criantes, et certains dénoncent le poids du Parti communiste ainsi que l’absence de démocratie".

  • La construction du sujet

"Comme pour le sujet sur les mouvements ouvriers en Allemagne, il s’agit ici de décrire une évolution", détaille Elodie Gavrilof. "C’est donc le plan chronologique qui apparaît le plus adapté. On peut donc adopter la problématique suivante, très simple : Comment la Chine communiste est-elle devenue l’une des plus importantes puissances au monde ?" 

  • I. La Chine de Mao Tse-Toung (1949-1976)

A. L’influence du communisme soviétique (1949-1953)

B. La mise en place d’un modèle communiste chinois après la mort de Staline

C. La Chine moins isolée et plus autonome sur la scène internationale

  • II. L’ouverture de la Chine sur le monde (1976-1992)

A. De la première ouverture sous Mao à la politique des Quatre modernisations

B. Les transformations de la Chine après 1980

C. La Chine en crise à la chute de l’URSS

  • III.  L’émergence de la Chine comme puissance

A. La Chine, un géant de l’économie mondiale

B. Un État au poids politique grandissant sur la scène internationale

C. Les limites de la puissance de la Chine

  • Les écueils à éviter

"On retrouve, notamment dans la troisième partie, des points des chapitres "Japon-Chine, concurrence régionale, ambition mondiales", et "L’Asie du sud et de l’Est : les enjeux de la croissance" du programme de géographie. Le piège est de tomber dans une étude purement géographique lors de la rédaction de la troisième partie. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de décrire une évolution sur le temps long".