Bac : comment réussir son rattrapage en cinq conseils

  • A
  • A
Bac : comment réussir son rattrapage en cinq conseils
@ EUROPE1/AFP
Partagez sur :

Chaque année, environ 20% des candidats sont "repêchés" après les épreuves écrites du baccalauréat. Ils doivent ensuite se rattraper à l'oral. 

Entre cris de joie et déceptions, les réactions des candidats au baccalauréat sont, chaque année, de tonalités différentes, après la publication des résultats. Pour certains, toutefois, la réaction est entre les deux. Chaque année, environ 20% des aspirants bacheliers "passent au second groupe". En clair, ils ont obtenu entre 8 et 10 de moyenne générale lors des premières épreuves et ils devront passer les épreuves de rattrapage, des épreuves d'orales quelle que soit la matière choisie. Voici cinq conseils qui aideront les "repêchés" à ne pas se planter une seconde fois.

Retrouvez les dernières infos sur notre page spéciale bac 2016

  • Comment choisir sa matière ?

Optez plutôt pour une matière dans laquelle vous vous sentez capable de faire mieux à l'oral qu'à l'écrit. Soyez aussi calculateur : le but n'est pas d'avoir la meilleure note, mais de rattraper le plus de points possibles. L'objectif à atteindre : avoir au moins 10 de moyenne générale.

Mieux vaut donc passer de 6 à 11 dans une matière que de 14 à 16 dans une autre. Faîtes également attention à vos coefficients : un point dans une matière "coef" 4 vaut quatre fois plus qu'un point dans une matière "coef" 1. En Bac L, par exemple, si vous avez eu 8 en philosophie (coefficient 7), et 8 en LV1 (coefficient 4), mieux vaut tenter de rattraper la philosophie. Si vous avez eu 9 en philo mais 8 en anglais, choisissez plutôt la matière dans laquelle vous serez le plus à l'aise.

  • Comment bien réviser pour l'oral ?

Vous n'avez que deux ou trois jours pour préparer l'oral de rattrapage. Dans un si court laps de temps, inutile de ressortir l'intégralité de ses cahiers et de tenter de les apprendre par cœur. Essayez de bien retenir la structure de vos cours et les éléments essentiels : les titres des parties, des sous-parties, les lexiques, les dates clés etc. N'hésitez pas aussi à ressortir les annales, et choisissez si possible celles qui sont le plus synthétiques. Vous n'avez pas le temps de les apprendre par cœur, mais une lecture simple peut vous permettre de faire resurgir ce que vous avez appris pendant le reste de l'année. Souvent plus synthétique que les prises de note en cours, le manuel scolaire peut aussi devenir un outil de poids lors de ces journées marathon. Mettez l'accent sur vos points faibles : si vous avez complètement squeezé une partie du cours, plongez-vous y une bonne fois pour toute, quitte à passer moins de temps sur le reste.

Un entraînement, à blanc, avec des amis ou la famille peut également vous aider à retranscrire à l'oral ce que vous avez appris. C'est mieux si votre interlocuteur joue le jeu : il ne doit pas hésiter à vous poser des questions pièges. Ainsi, vous serez peut-être moins déstabilisé si le professeur vous rentre dedans le jour J !

  • Comment ne pas stresser ?

Avant les épreuves écrites, nous vous avions préparé quelques conseils pour bien gérer votre stress. La plupart peut être réutilisée aujourd'hui. Premièrement : "Il n'est plus temps de ruminer !", rappelle le docteur Dominique Servant, responsable de la consultation stress et anxiété au CHU de Lille. Certes, vous n'avez pas eu votre bac du premier coup. Mais si vous continuez d'y penser sans arrêt, vous ne pourrez pas réviser sereinement. Passiflore, valériane, aubépine : plusieurs plantes méconnues peuvent aussi vous aider à réguler votre stress. Vous en trouverez facilement en pharmacie ou en magasin bio. 

  • Comment réussir les 20 minutes de préparation de l'oral ?

Tout d'abord, pensez à apporter votre carte d'identité, votre relevé de notes et les éventuels textes de votre liste (pour les langues et la philo par exemple). Pour la plupart des matières, l'oral se compose de 20 minutes de préparation et 20 minutes de passage devant le jury. Pendant les 20 minutes de préparation essayez, autant que possible, de ne pas rédiger tout ce que vous avez en tête. Couchez votre problématique et votre plan sur le papier, avec quelques mots clés en dessous de chaque partie et cela suffira. Au moment du passage, cela vous aidera à ne pas regarder uniquement votre feuille et à regarder l'examinateur dans les yeux. Moins vous regarderez votre feuille, plus vous donnerez l'impression de maîtriser votre cours. Votre débit de parole sera également plus rythmé et agréable à l'écoute si vous ne lisez pas. Si vous n'y parvenez pas, ne paniquez pas non plus : l'examinateur jugera avant tout le contenu. 

Et si vous voyez apparaître sur la feuille que vous donne l'examinateur LE sujet que vous ne vouliez pas, pas de panique. Sans non plus en faire des tonnes, vous pouvez le dire à l'examinateur, tout en promettant que vous allez faire votre possible pour y arriver. L'examinateur se montrera peut-être plus clément. Ensuite, écrivez sur votre feuille absolument tout ce qui vous vient en tête, tous les mots, tous les noms, toutes les idées, même si ça vous paraît ne pas avoir de sens. Sur une deuxième feuille, essayez ensuite d'organiser tout ça, au travers d'un plan cohérent. Attention, toutefois, à ne pas faire de contre-sens. Lisez-bien le sujet, même plusieurs fois, et essayez de voir s'il ne comporte pas de piège (attention, il n'y en a pas toujours !) 

  • Comment réussir son passage devant l'examinateur ?

En général, les examinateurs se montrent davantage bienveillants à cet oral que devant une copie écrite. En clair, votre bonne volonté et votre présentation comptent quasiment autant que votre connaissance du cours. Conclusions : soyez habillé de façon décente, souriant sans être provocateur, poli (dîtes bien "bonjour", "au revoir" et "merci" au moment de la remise du sujet !), parlez clairement, pesez vos mots, ne débitez pas votre texte à toute vitesse mais ne parlez pas trop mollement non plus, soyez audible, tenez-vous droit, ne mâchez pas de chewing-gum, montrez que vous vous intéressez au sujet et que vous avez envie de l'avoir, ce bac !

Les examinateurs jugent avant tout le fond. Mais si le contenu de votre oral est moyen et qu'en plus, vous vous êtes montré provocateur, hautin ou négligeant, cela risque de vous défavoriser. En outre, ils se montreront davantage bienveillants si vous faîtes preuve d'humilité (ne faîtes pas celle/celui qui sait tout) et de combativité (montrez que vous êtes intéressé(e), désireu(se)x d'avoir le bac).  

Pendant votre prestation, veillez aussi à bien respecter le temps imparti. Montrez que vous connaissez le cours et tâchez aussi d'être clair et cohérent, d'avoir des parties qui s'enchaînent entre-elles. "Pour espérer décrocher une bonne note, il faut surtout que le candidat montre qu'il connait le sujet. Il est également important qu'il soit clair et structuré pendant ses explications", résumait pour Europe 1, l'an dernier, Charles Floren, examinateur à l'oral pour la session du bac 2015. "Au détour de son explication, si l'élève arrive à montrer qu'il a du recul et s'il montre une certaine culture générale, il marquera forcément des points supplémentaires", concluait-il.