Bac 2017 : comment les notes sont-elles attribuées ?

  • A
  • A
Bac 2017 : comment les notes sont-elles attribuées ?
Les résultats du Bac 2017 seront dévoilés mercredi pour quelque 720.000 lycéens de Terminale générale, technologique et professionnels. @ AFP
Partagez sur :

La correction des notes du bac est très encadrée. Les professeurs d'une même filière sont amenés à se rencontrer à plusieurs reprises pour éviter les trop gros écarts de notation.

BAC

Les résultats du Bac 2017 seront dévoilés le 5 juillet pour les quelque 720.000 lycéens de Terminale générale, technologique et professionnelle. En attendant, ce sont les profs qui bûchent pour corriger les copies et attribuer une note. Le processus, qui se déroule en plusieurs étapes, est bien rodé. Le but affiché est de rechercher la plus grande objectivité. Pour s'en rapprocher, les correcteurs se réunissent à plusieurs reprises en un peu plus de deux semaines lors de commissions organisées dans les académies. Mode d'emploi.

Étape 1 : Les profs récupèrent les copies

C'est la première étape. Une fois l'épreuve passée - en général dès le lendemain - les professeurs récupèrent leurs paquets de copies. "Nous allons tous dans un centre où sont collectées les copies par Académie. Par exemple, pour moi c'est à Caen", explique Thibaut Giraud, professeur de philosophie et correcteur du Bac dans l'académie de Caen. En fonction de la matière, de la filière et de l'académie, la taille du lot récupéré par les professeurs peut varier. Par exemple, dans l'académie de Créteil, les professeurs d'histoire-géographie sont repartis cette année avec 50 à 80 copies à corriger. Les professeurs de philosophie doivent pour leur part en moyenne corriger entre 100 et 140 dissertations et commentaires de texte.

Étape 2  : La commission d'entente

Mais avant de s'atteler à la correction des copies, chez eux dans leur salon, les professeurs-correcteurs se réunissent dans des commissions d'entente organisées par filière et par matière dans chaque académie. L'objectif : s'assurer que les consignes ont été comprises de la même façon par tous les enseignants. Il s'agit aussi de rappeler un certain nombre de principes d'évaluation et de critères à prendre en compte dans la correction. "En histoire, nous n'avons pas de grille d'évaluation mais des listes d'éléments attendus et des listes de "plus". Si l'élève évoque telle ou telle notion, on nous explique ainsi que l'on peut booster sa note ", précise Paul*, prof d'histoire-géographie de l'académie de Créteil. "Mais il n'y a pas de barème. Cela peut donc varier d'un correcteur à un autre".

Pour éviter cette fluctuation, il est demandé aux enseignants de se prêter à un exercice avant ou pendant la réunion : plancher sur des copies tests. Ils leur attribuent des notes et celles ci sont présentées dans la fameuse commission. "C'est là qu'on commence à s'engueuler", plaisante Thibaut Giraud, professeur de philosophie et YouTubeur. "Car les notes peuvent être très disparates". "Sur une même copie, un professeur aura pu attribuer un 8 et un autre un 16", confirme Paul, le professeur d'histoire-géographie. Au terme de discussions, les professeurs parviennent toujours à un accord sur une notation. "Ces copies nous servent alors de repère lorsque nous corrigeons les notres chez nous", ajoute Thibaut Giraud.

Étape 3 : La correction

A partir de là, la notation débute réellement. Et là encore, chaque prof y va de sa méthode. "Il ne faut pas que l'on soit trop fatigué. Cela demande une certaine organisation", explique Benoît Casen, prof de philo dans les Yvelines. "Moi au bout de trois copies, je m'interromps car sinon je confonds la deuxième avec la seconde. J'évalue également les premières copies au crayon à papier et je les reprends une fois que j'en ai évalué 40", détaille-t-il.

A mi étape, les professeurs sont appelés à rentrer leurs notes dans un logiciel. "De cette façon, l'académie peut estimer si notre notation est trop sévère ou trop souple par rapport à la moyenne de l'académie", ajoute Paul, l'enseignant en histoire.

Étape 4 : La réunion d'harmonisation

Lorsque la plupart des copies sont corrigées, voire la totalité, les professeurs sont à nouveau appelés à se réunir. Cette fois, il s'agit d'harmoniser les notes des élèves. "Nous analysons les écarts entre les moyennes de chaque professeur et nous revenons sur les copies qui ont posé problèmes", rapporte Samuel*, professeur en sciences économiques et sociale. "L'enjeu est de savoir s'il est normal d'attribuer telle ou telle note, toujours en vue d'une égalité de traitement. Car noter une copie, cela ne va pas de soi." "Cela permet d'obtenir des écarts de correction très bas", assure Benoît Casen, professeur de philosophie dans les Yvelines. Reste que toutes les copies ne sont pas réévaluées pour autant. Cette harmonisation concerne généralement les devoirs jugés les plus problématiques. 

Étape 5 : Un jury fait le point sur toutes les notes de l'élève

Dernière étape : faire le point sur les notes obtenues par l'élève dans toutes les matières. Là c'est un jury - composé de plusieurs professeurs qui ont évalué les épreuves et d'un enseignant-chercheur - qui statue quelques jours avant la publication des résultats. Si un élève obtient une moyenne en dessous d'un seuil, un peu moins de 10 ou un peu moins de 8 (la note qui permet à un élève d'atteindre le rattrapage), le jury peut se référer au dossier scolaire de l'élève et à l'avis énoncé par le conseil de classe :  "favorable" à l'obtention du baccalauréat ou "défavorable". "Si un élève est limite et que son dossier est bon, il peut être demandé aux professeurs de rajouter quelques points en plus", étaye Thibaut Giraud. "C'est généralement le cas des élèves qui obtiennent tout pile 10 au bac."


Les copies surnotées :  fantasme ou réalité ?

Officiellement, aucune consigne n'est donnée aux professeurs par leur académie pour ce qui est de la notation. "C'est un fantasme", assure le ministère de l'Education. Pourtant, certains professeurs expliquent qu'on les encourage vivement à atteindre une moyenne pour leur lot de copies afin que la moyenne de l'académie ne soit pas ni trop faible, ni trop haute. "Disons que pour l'épreuve d'histoire dans l'académie de Créteil, ils attendent quand même une moyenne entre 10 et 11. Pour l'heure, selon les résultats rentrés par les professeurs, elle est de 9,6. Je ne serais pas étonné que mardi, lors de la commission d'harmonisation, on nous demande d'augmenter légèrement nos notes pour essayer d'atteindre une moyenne d'académie acceptable", souffle Paul.

"Nous n'avons pas de consigne à proprement parler mais l'on sait malgré tout que pour la philo, une moyenne de 8 sur l'académie sera difficilement tolérée", complète Thibaut Giraud, le professeur de Philo dans l'académie de Caen. "Alors, on se sent plus ou moins obligé de rendre des paquets autour de 9-10 de moyenne !"


*Les noms ont été changés.

Le moteur de recherche des résultats du bac 2017

EN DIRECT - Bac 2017 : les résultats ville par ville, académie par académie