Bac 2016 : notre corrigé des sujets d'Histoire-Géo en série S

  • A
  • A
Bac 2016 : notre corrigé des sujets d'Histoire-Géo en série S
@ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

Notions, plans, pièges à éviter, un professeur d'Histoire-géo fait la correction "à chaud" de l'un des sujets de la filière S. 

Baccalauréat, jour 2. Après l'épreuve de philosophie mercredi, les candidats ont planché jeudi matin sur l'Histoire-géo. Omar Labed, professeur d'Histoire-géo au lycée international Alexandre Dumas d'Alger, a accepté de jouer le jeu de la correction "à chaud" pour le sujet 1 de cette filière : "Le proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale".

Les notions importantes. "On ne peut traiter le sujet de manière uniquement factuelle. Mais il faut expliquer les principaux enjeux et facteurs qui font de la région un foyer particulier de conflit. L'élève doit donc évoquer la grande diversité culturelle, linguistique, religieuse, géopolitique (des peuples sans État et des Etats multiconfessionnels). Un schéma est bienvenu et sera valorisé par les correcteurs. L'élève doit également évoquer l'enjeu des ressources en hydrocarbures (près de la moitié des ressources mondiales en pétrole se trouvent dans la région). Les ressources, d'ailleurs, ne se limitent pas aux hydrocarbures (on peut penser au partage des eaux souvent facteur de tensions dans la région). Rappel : c'est aussi un carrefour stratégique. Les conflits frontaliers sont nombreux. Les frontières de la région sont en partie issues du démembrement de l'empire ottoman à la fin de la première guerre mondiale (accords Sykes-Picot de 1916...). 

Le sujet aborde aussi le conflit israélo-arabe depuis la création d'Israël en 1948, conflit singulier car il possède une résonance mondiale et que la fin du conflit s'éternise. Israël s'est développé dans un environnement hostile au gré des guerres. Autre question à aborder : l'islamisme, notion assez complexe apparue sous sa forme contemporaine dans les années 1920-30, en réaction à l'occidentalisation. Après une certaine éclipse, en particulier due au renouveau du panarabisme dans les années 1950-1970, l'islamisme prospère depuis la révolution islamique iranienne. Dernière notion importante : l'interventionnisme occidental, en particulier des Etats-Unis, depuis la première guerre du Golfe en 1990 et à la fin de la Guerre Froide".

La construction du sujet. "L'un des plans possibles peut être le suivant :

  • I- Le Proche et le Moyen-Orient de la fin de la seconde guerre mondiale à la fin de la Guerre Froide

A- La fin de la Seconde Guerre mondiale et l’affaiblissement des puissances européennes dans la région (1945-1956)
B- Une région riche en ressources naturelles à l'origine de nombreux conflits et tensions
C- Une région au cœur des enjeux de la guerre froide

  • II- Les relations israélo-palestiniennes depuis la Seconde Guerre mondiale

A- L’échec du mandat britannique en Palestine et la création de l’État d’Israël (1948)
B- Les conflits israélo-arabes
C- La question palestinienne depuis 1948

  • III- Une nouvelle conflictualité depuis la fin de la guerre froide

A- Le renouveau de l'islamisme depuis les années 1980
B- L'interventionnisme occidental
C- Les révolutions arabes et leurs limites"

Les pièges à éviter. "Le sujet est classique et reprend l'intitulé de cours. Mais face au manque de temps possible, le risque est de rechercher une certaine exhaustivité et de se perdre dans le récit détaillé de telle ou telle situation, tel ou tel fait. Comme toujours, l'élève doit garder un esprit synthétique et choisir avec précaution ses exemples. Il faut également prendre garde à ne pas oublier l'interdépendance des situations et des échelles (l'élève doit travailler à plusieurs échelles, de l'échelle locale à l'échelle mondiale). Enfin, il faut éviter une prise de parti malvenue ou un manque d'objectivité dans la description de situations conflictuelles (même si les enseignants ont dû mettre en garde les quelques élèves tentés par cet excès)".