Bac 2015 : des petites erreurs dans les sujets d’histoire-géo en ES et L

  • A
  • A
Bac 2015 : des petites erreurs dans les sujets d’histoire-géo en ES et L
Des candidats au Bac 2015. @ AFP
Partagez sur :

Les "Clionautes", une association de professeurs d’histoire-géo, révèlent que de petites erreurs se sont glissées dans le bac d’histoire-géo pour les séries ES et L. 

Autant le dire tout de suite : les erreurs listées par l’association "Les Clionautes" et repérées par Le Monde dans le Bac d’histoire géo pour les L et ES ne seront pas de nature à annuler l’épreuve. Mais pour l’association "Les Clionautes", elles jettent le trouble sur la vérification des intitulés du Bac.

L’intitulé d’une légende. Première erreur : une légende de photo erronée que l’on trouve dans l’étude critique de documents, qui portait sur "Les chemins de la puissance : les Etats-Unis et le monde à la fin des années 1960". Sous le cliché, on peut lire “photographie prise par l’Américain Neil Armstrong, commandant de la mission de la NASA Apollo 11 (nuit du 20 au 21 juillet 1969)”. En réalité, la photo date de la dernière mission lunaire américaine, Apollo 17, en décembre 1972.

"Une faute humiliante". Pour Bruno Modical, le président des "Clionautes", interrogé par Le Monde, cette faute est "humiliante pour la profession et dangereuse pour les élèves : à aucun moment de la chaîne d’élaboration des sujets, on a pris le temps de vérifier les sources et l’exactitude des faits historiques". Le ministère de l’éducation a été questionné par Le Monde et reconnaît l’erreur mais ajoute qu’elle "ne pénalise pas les élèves, car elle ne nuit pas à la compréhension du sujet".

Le texte de présentation aussi. D’autres petites erreurs se sont aussi glissées dans le texte de présentation du deuxième document du corpus. Selon l’association de professeurs, la chanson antimilitariste "I Feel Like I’m Fixing’ to Die" du groupe Counntry Joe and the Fish n’est pas "interprétée pour la première fois" à Woodstock en août 1969 mais en 1965. La légende serait aussi fausse car selon Bruno Modica, la chanson n’a pas été interdite aux Etats-Unis comme l’intitulé l’affirme.