Face au risque de Zika, le business des protections anti-moustiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Plusieurs régions de France sont touchées par la prolifération du moustique tigre. Certains n'hésitent plus à employer les grands moyens pour se protéger.

La progression du moustique-tigre s’accélère en France Métropolitaine... 30 départements sont déjà en vigilance rouge et 21 départements en vigilance orange. L'invasion de cet insecte, capable de transmettre des maladies comme la dengue, le chikungunya ou même le virus Zika inquiète les habitants des zones touchées. Face à cette prolifération, certains Français sortent l'artillerie lourde. Europe 1 est allé à leur rencontre.

"C'est vraiment l'enfer". Dans le sud de la France, les apéritifs ou les dîners dans le jardin ont commencé, mais avec eux a aussi débuté aussi la guerre contre les moustiques. Citronnelle, prises électriques et insecticides, certains habitants ont déjà testé de nombreuses méthodes. "On est envahi de moustiques tigres la journée et le soir des moustiques classiques", déplore Thierry, un jeune marseillais. "Tout le monde s'équipe. Nous, on va faire installer des moustiquaires sur toutes les fenêtres, ça va coûter 3.000 euros", poursuit-il. "C'est vraiment l'enfer", renchérit sa femme, Aurélie. "Dès que l'on se fait piquer, on a peur d'attraper le Zika ou le chikungunya surtout qu'il y a eu des cas dans la région. S'ils se font piquer et que l'on se fait piquer, on peut être infecté donc c'est sûr que l'on y pense encore plus", conclut-elle.

Forte demande d'anti-moustiques. Cette inquiétude face aux moustiques se ressent aussi dans les pharmacies. "Les gens sont très demandeurs, on a une augmentation allant de 15% à 20% des ventes d'anti-moustiques en ce moment", explique Stéphane Pichon, président du conseil régional de l'ordre des pharmaciens en PACA et Corse. "On a même eu une rupture au début du printemps et notamment quand on a commencé à entendre parler de Zika ou du moustique tigre. On a aussi un petit peu un affolement général", poursuit-il. Selon le cabinet IMS Health, les ventes de produits contre les moustiques ont bondi de 26% en un an.

Pourtant, tous les produits anti-moustique ne se valent pas. Récemment, les autorités sanitaires ont par exemple déconseillé l'utilisation des bracelets répulsifs. Quant aux autres produits, notamment ceux qui s'appliquent sur la peau, certains contenant des substances toxiques sont dangereux pour les enfants ou les femmes enceintes. L'idéal est de toujours demander conseil à son pharmacien.