Avant le 14 juillet, les autorités font la chasse aux pétards

  • A
  • A
Avant le 14 juillet, les autorités font la chasse aux pétards
Partagez sur :

C'est notamment le cas à Asnières-sur-Seine, où leur vente aux particuliers est réglementée. Ce qui n'empêche pas les petits trafics.

A deux jours du 14 juillet, la chasse aux pétards s’est ouverte dans plusieurs villes de France. A Asnières-sur-Seine, le maire (PS) Sébastien Pietrasanta, a interpellé le gouvernement pour demander l'interdiction dans toute la France des engins pyrotechniques aux particuliers.

Pour démontrer la facilité à se procurer ces pétards, dont la vente est réglementée par un arrêté préfectoral et un arrêté municipal, la mairie d'Asnières a envoyé un employé municipal en acheter," sous le manteau".

"Force est de constater que ces textes se révèlent inefficaces puisqu'un employé de la mairie a réussi en l'espace d'un après-midi à se procurer un ‘stock de munitions’ auprès de commerçants des Hauts-de-Seine", a précisé Sébastien Pietrasanta. Le 13 juillet 2008, à Asnières, un commissaire avait perdu un oeil après avoir été touché par le ricochet du tir d'un engin pyrotechnique, au cours d’affrontements.

A Marseille, le trafic va également bon train. Une tonne de pétards a été saisie ces derniers jours :



La police en a profité pour rappeler l’arrêté préfectoral, selon lequel la vente et l'usage des pétards sont prohibés du 1er juin au 30 septembre dans les Bouches-du-Rhône, pendant la période sensible au risque d'incendies.