Autolib : comment va se dérouler la fermeture du service

  • A
  • A
Autolib : comment va se dérouler la fermeture du service
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le service d'auto-partage de voitures électriques du groupe Bolloré a annoncé un arrêt progressif du service en juillet. Voici comment ça va se passer.

Dans un peu plus d'un mois, fin juillet, c'en sera terminé d'Autolib'. Devenu inéluctable depuis plusieurs jours, le divorce entre le groupe Bolloré, qui réclamait 46 millions d’euros par an jusqu’en 2023 aux communes utilisant son service, et le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM) a été acté le jeudi 21 juin. Le lendemain, Marie Bolloré s'est exprimée devant les salariés d'Autolib' pour leur annoncer la date d'arrêt d'exploitation fixée au 31 juillet. Voici donc comment va se dérouler l'arrêt progressif du service.

Comment va se passer la fermeture progressive ? Dès le lundi 2 juillet, les véhicules disponibles vont commencer à être retirés et les stations vont fermer les unes après les autres jusqu'à l'arrêt complet le 31 juillet. Les utilisateurs du service pourront suivre l'évolution de ces fermetures sur l'appli, les stations concernées devenant "indisponibles". Autolib' recommande d'ailleurs vivement à ses usagers de réserver leur place d'arrivée avant de commencer une location afin "d'éviter tout abandon de véhicule".


Comment va se passer le remboursement de l'abonnement ? Les abonnés payant mois après mois, il n'y aura pas de remboursement. Le mois de juillet sera offert, a annoncé Autolib', et les suivants ne seront pas facturés. L'abonnement, quant à lui, ne sera évidemment pas reconduit.

Que vont devenir les bornes de recharge ? Fin août, les bornes deviendront la propriété des communes où elles sont installées. Elles pourront alors les mettre à disposition des propriétaires de véhicules électriques, c'est ce qu'a déjà annoncé la ville de Paris qui travaille activement à développer de nouvelles offres d'auto-partage d'ici la fin de l'année. Des constructeurs, des loueurs de voitures et des start-ups du secteurs sont déjà sur les rangs.