Aubervilliers : la communauté chinoise reçue par les autorités

  • A
  • A
Aubervilliers : la communauté chinoise reçue par les autorités
Zhang Chaolin a été agressé le 7 août dernier par trois hommes qui voulaient voler le sac d'un ami, lui aussi d'origine chinoise. @ AFP
Partagez sur :

Une semaine après la mort de l'un des siens à Aubervilliers, suite à une agression, la communauté chinoise était reçue mercredi par la préfecture de Seine-Saint-Denis. 

Plusieurs associations de la communauté chinoise ont été reçues, mercredi, par la préfecture de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, pour évoquer les solutions permettant de "mettre un terme à des agressions violentes" comme celle ayant conduit au décès d'un de ses membres, la semaine dernière à Aubervilliers.

Lors de cette rencontre, décidée après la mort le 12 août de Zhang Chaolin, l'Etat a notamment indiqué qu'il poursuivra "le travail d'extension de la vidéo-protection, en lien avec la municipalité dont il soutiendra le projet et avec les associations chinoises et franco-chinoise", écrit la préfecture dans un communiqué. Après le décès de Zhang Chaolin, le comité de soutien à sa famille avait réclamé "au moins 10 caméras supplémentaires dans les rues sensibles" et un renfort de policiers. 

La communauté chinoise particulièrement exposée. A Aubervilliers, 105 vols avec violence ont visé "la communauté chinoise ou d'origine chinoise" sur les sept premiers mois de l'année contre 35 faits similaires sur la même période l'année dernière, a rappelé la préfecture dans son communiqué. Sur cette commune, le total des vols avec violence s'élevait à 666 sur les sept premiers mois de 2016, contre 466 l'année passée.

La préfecture a souligné néanmoins que si l'augmentation des actes visant la communauté chinoise était "réelle", ces chiffres devaient être "nuancés" car "les personnes chinoises déposaient peu de plaintes auparavant et qu'elles sont désormais encouragées à le faire par le commissariat local". La préfecture a également indiqué que, depuis 2015, le travail des services de police a permis "d'imputer à chaque fois entre dix et vingt faits" aux personnes interpellées pour des vols commis au préjudice de la communauté.

Plus de caméras de vidéosurveillance. Le 7 août dernier, Zhang Chaolin, couturier de 49 ans, a été agressé par trois hommes qui voulaient voler le sac d'un ami, lui aussi d'origine chinoise, dans une rue d'Aubervilliers. Parmi les 80.000 habitants que compte cette ville, entre 3 et 4.000 personnes sont originaires de Chine, selon Ling Lenzi, conseillère municipale Les Républicains.

Après son décès, plusieurs centaines d'habitants d'origine chinoise s'étaient rassemblées dimanche devant la mairie d'Aubervilliers pour dénoncer des actes de violence répétés. Une pétition, adressée au président de la République et au gouvernement, contre les "agressions anti-asiatiques" a été lancée sur le site Change.org. Elle avait déjà recueilli plus de 11.000 signatures, mercredi soir.