Au Mondial de l'auto, on ne vient pas que pour regarder

  • A
  • A
Partagez sur :

Le salon le plus populaire de France ouvre ses portes ce week-end à Paris. Un moment qui reste un gros enjeu commercial pour les constructeurs car les visiteurs ne viennent pas que pour regarder de belles voitures... 

Pendant 15 jours, la plus grosse concession de France se trouvera à la Porte de Versailles, à Paris. Le Mondial de l'automobile démarre ce samedi et cette année, les constructeurs sont particulièrement optimistes. Il faut dire que depuis le début de la crise, le marché de l'automobile ne s'est jamais aussi bien porté

"Une pression énorme pour les marques françaises". Près d'un visiteur sur quatre vient au Mondial de l'auto pour acheter une voiture, soit 300.000 clients potentiels à convaincre. Pendant ces 15 jours, Renault vend environ 2.000 voitures et même des constructeurs plus modestes comme Hyundai, parvient à en vendre près de 300. "La pression sur les directions commerciales France lors du mondial de l'Auto est énorme", confie François Roudier, porte-parole des constructeurs français. Une pression d'autant plus énorme car pour les marques, c'est l'occasion de l'année pour atteindre leurs objectifs et Renault ou Peugeot comptent bien en profiter pour cumuler les commandes sur les nouveaux modèles comme la 3008 de Peugeot ou le nouveau Scenic de Renault.

Opération séduction. Pour la peine, les constructeurs sortent tout leur attirail : des centaines de commerciaux sont déployés sur les stands, tablette à la main, oreillette connectée. François Roudier explique qu'ils sont spécialement formés pour cet événement : ""Ces personnes sont entraînées pendant plusieurs jours lors de séminaires". "Cela va même beaucoup plus loin", ajoute t-il, "Puisque sur certains stands, la banque du constructeur est présente pour trouver une solution de crédit si vous voulez acheter".

Cette année, Nissan, Citroën, BMW ou Mercedes et d'autres constructeurs présenteront leurs nouveaux modèles dans les allées du Salon, alors que d'autres marques, comme Ford, Mazda ou Volvo ont préféré zapper cet événement aux coûts exorbitants pour eux.