Attention aux foyers à éthanol

  • A
  • A
Attention aux foyers à éthanol
Partagez sur :

La DGCCRF a mis en garde lundi les utilisateurs de foyers à éthanol, vendus tantôt comme des chauffages d'appoint, tantôt comme des objets de décoration, les appelant à la vigilance. La Commission de la sécurité des consommateurs et l'UFC-Que Choisir militent elles pour une suspension de leur commercialisation en raison de risques de brûlure et d'intoxication.

Les foyers à éthanol présentent des dangers. Alors que le marché de ces appareils se développent rapidement, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes (DGCCRF) a mis en garde lundi les utilisateurs. Alertée des "risques de brûlure, d'intoxication au CO2 et d'incendie qu'un mauvais usage ou un entretien insuffisant de l'appareil peuvent provoquer", la DGCCRF a demandé au Laboratoire National d'Essai de mettre en place un protocole d'essai afin de fixer des exigences de sécurité. "En outre, un vaste plan de contrôles a été lancé auprès des importateurs et des fabricants; des mesures appropriées seront prises en fonction des résultats de cette enquête", a assuré la DGCCRF.

Ces produits, vendus tantôt comme des chauffages d'appoint, tantôt comme des objets de décoration, sont commercialisés en France depuis environ trois ans, selon la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), une autorité administrative indépendante. Il s'en vend environ 80.000 par an, pour un prix allant de 200 à plusieurs milliers d'euros, sous forme de simples brûleurs, de cheminées ou de pièces de mobiliers (tables de salon, étagères...). "C'est devenu un produit très tendance, à destination des bobos", a indiqué Guy Le Goff, porte-parole de la CSC. Parmi les sociétés commercialisant ces produits, figurent, la société Alfra, Brisach, Charbonneaux et Brabant, Ecosmart, Focus, Sparxs, ou Urban Fire.

"Ces appareils ne sont pas faits pour fonctionner comme chauffage d'appoint sur la durée", a noté Guy Le Goff. La CSC, qui a fait réalisé des essais et des mesures sur quatre foyers à éthanol jugés représentatifs,estime que "ces appareils peuvent occasionner de graves brûlures et même rejeter du monoxyde de carbone". Elle insiste aussi sur le risque d'incendie qu'il y a à stocker le carburant près du foyer. Elle invite donc les professionnels "à procéder au retrait, et si nécessaire au rappel, des foyers dont ils estimeraient qu'ils ne répondent pas à l'obligation générale de sécurité". Aux consommateurs ayant déjà ces appareils, elle a recommandé de ne pas les utiliser "dès lors qu'ils ne sont pas équipés des dispositifs de sécurité de nature à prévenir les risques de brûlure et d'intoxication, en particulier d'un détecteur de monoxyde de carbone".

L'association UFC-Que Choisir a elle appelé dans un communiqué "formellement le gouvernement à interdire la commercialisation" des foyers à éthanol et demandé le rappel de ces produits, "afin que les consommateurs légitimement inquiets pour leur sécurité soient remboursés". Pour l'association, "l'éthanol de ces cheminées design est une véritable bombe à retardement".