Attentats de Paris: les familles des victimes reçues pour la première fois par les juges

  • A
  • A
Attentats de Paris: les familles des victimes reçues pour la première fois par les juges
Photo du Bataclan à Paris après les attentats de Novembre@ AFP
Partagez sur :

Les familles des victimes des attentats du 13 novembre seront reçues à partir de mardi par les juges d'instruction chargés de l'enquête.

Les familles des victimes attendent des réponses. Six mois après les attentats de Paris et de Saint-Denis, une première rencontre aura lieu entre plus de 1.000 parties civiles et les juges d'instruction chargés de l'enquête. Les réunions se dérouleront sur trois jours dans une salle spécialement aménagée de l'École militaire à Paris.

Communiquer les avancées de l'enquête. Le 24 mai, une journée d'échanges est prévue avec les proches des victimes des attaques contre les terrasses parisiennes et du Stade de France. Les 25 et 26 mai, les magistrats recevront ceux de la salle de concert du Bataclan. Les juges, accompagnés de représentants du parquet de Paris, vont exposer les avancées de l'enquête en France et en Belgique, base arrière de la cellule jihadiste, et leurs objectifs. Puis, les parties civiles pourront poser des questions, explique une source proche du dossier.

Une rencontre "surtout symbolique". "Interactions entre les cellules, résultats de la coopération internationale, rôle du Français Fabien Clain", qui a enregistré le message de revendication des attentats au nom du groupe Etat islamique, "autant de questions auxquelles les victimes espèrent avoir des réponses", résume Me Samia Maktouf, qui défend dix-huit victimes et proches.
Pour l'avocat Gérard Chemla, cette première rencontre est "surtout symbolique". "Les juges ne sont pas là pour tuer leur enquête et ils ne diront sans doute pas grand chose qui ne soit déjà sorti dans la presse", relève-t-il.

Le silence d'Abdeslam. Les parties civiles s'attendaient à obtenir des informations sur Salah Abdeslam, entendu vendredi pour la première fois sur le fond par un juge français. Mais le seul membre des commandos parisiens encore en vie a fait valoir son droit au silence, refusant de répondre aux questions du magistrat. "On en sait davantage sur son prétendu désir de coopération avec la justice. Les promesses qu'il a faites en ce sens ne nous semblent absolument plus crédibles", déplore Me Olivier Morice, avocat de 35 parties civiles.

Un accès au rapport d'autopsie. En attendant, certaines familles ont des demandes immédiates. "Nous allons demander à avoir enfin accès aux rapports d'autopsie pour connaître les circonstances exactes de la mort de nos proches", explique Georges Salines, président de l'association "13 novembre: fraternité et vérité", et dont la fille a été tuée au Bataclan.

"Faire preuve de patience". Sur le reste, "il va falloir faire preuve de patience. Il est sans doute trop tôt pour avoir un calendrier sur la tenue d'un éventuel procès", estime-t-il. "Nous ne souhaitons pas que les magistrats fassent preuve de précipitation: l'enquête doit être la plus complète possible pour remonter la chaîne des responsabilités et mettre le maximum de personnes hors d'état de nuire".

Des questions en suspens. Plusieurs parties civiles ont indiqué qu'elles comptaient interpeller les juges sur la sécurité du Bataclan qui avait déjà fait l'objet de menaces. Une information judiciaire, ouverte en 2010, sur un projet d'attentat visant la salle de spectacles s'était soldée par un non-lieu en 2012, faute de charges suffisantes.

D'autres se rendront à la réunion "avant tout par devoir". "J'ai tout perdu, cela ne m'apportera pas grand chose et n'empêchera sans doute pas la commission d'autres attentats", souligne Sophie Dias dont le père a été tué au Stade de France.