Attentats de janvier 2015 : un homme en garde à vue dans l'enquête sur les armes

  • A
  • A
Attentats de janvier 2015 : un homme en garde à vue dans l'enquête sur les armes
Cette garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Cet homme né en 1980 a été interpellé mardi dans le cadre d'une commission rogatoire du juge qui enquête sur les attentats parisiens de janvier 2015.

Un homme était en garde à vue jeudi dans l'enquête sur la fourniture des armes utilisées par le tueur Amédy Coulibaly lors de l'attentat contre l'Hyper Cacher à Paris en janvier 2015. Cet homme né en 1980 a été interpellé mardi dans le cadre d'une commission rogatoire du juge qui enquête sur les attentats parisiens de janvier 2015, selon une source judiciaire, confirmant une information de BFMTV.

Identification de toute la filière. Cette garde à vue, qui peut durer jusqu'à 96 heures, était toujours en cours jeudi à la mi-journée, a précisé cette source. Cette arrestation s'inscrit dans le volet de l'enquête où les juges d'instruction s'attachent à identifier toute la filière qui a fourni les armes utilisées par Amédy Coulibaly. Celui-ci avait tué une policière municipale à Montrouge, le 8 janvier, au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo perpétré par les frères Kouachi, puis abattu quatre personnes à l'épicerie juive Hyper Cacher de la porte de Vincennes, le 9 janvier.

Quinze hommes poursuivis dans cette enquête. Six personnes avaient été placées en garde à vue en mars dans ce même volet. Cinq d'entre elles avaient été remises en liberté sans poursuites et un homme écroué après sa mise en examen le 23 mars pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Au total, quinze hommes sont poursuivis dans cette enquête, soupçonnés à des degrés divers d'avoir apporté une aide logistique à Amédy Coulibaly. Trois ans après ces attaques, les premières d'une vague d'attentats djihadistes sans précédent en France qui a fait 246 morts en trois ans, les investigations n'ont en revanche pas établi où et comment les frères Kouachi, auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, se sont procuré leur arsenal.