Attentat déjoué : Fillon demande de "ne pas plier devant les menaces"

  • A
  • A
Attentat déjoué : Fillon demande de "ne pas plier devant les menaces"
"La démocratie ne doit pas plier devant les menaces et les intimidations des terroristes", a indiqué le candidat LR dans un communiqué.@ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Les officiers de sécurité de François Fillon avaient été avertis vendredi de "risques avérés" sur le candidat de la droite.

François Fillon a "félicité" mardi les forces de l'ordre et les renseignements après l'arrestation de deux hommes soupçonnés de préparer un attentat "imminent" et affirmé que "la démocratie ne doit pas plier devant les menaces".

"Risques avérés" sur le candidat de la droite. "Je félicite et je remercie les forces de l'ordre et les services de renseignements qui ont mis hors d'état de nuire deux personnes soupçonnées de préparer un attentat en lien avec l'élection présidentielle", a écrit le candidat Les Républicains dans un communiqué. "La démocratie ne doit pas plier devant les menaces et les intimidations des terroristes. La campagne doit continuer jusqu'au bout", a-t-il demandé. Les officiers de sécurité de François Fillon avaient été avertis vendredi de "risques avérés" sur le candidat de la droite à l'élection présidentielle, a-t-on appris mardi de sources concordantes LR.

Protection renforcée. Le ministère de l'Intérieur "avait renforcé la sécurité à Montpellier", où le candidat tenait meeting vendredi, a-t-on précisé de même source, évoquant la présence désormais de "tireurs d'élite" et de membres du Raid lors de ses réunions publiques. Selon ces sources, des craintes entouraient le meeting de François Fillon à Nice lundi.

Deux arrestations.Deux hommes de 23 et 29 ans, soupçonnés de préparer un attentat "imminent" ont été arrêtés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle. Les deux hommes sont "soupçonnés d'un passage à l'acte imminent", a précisé une source proche de l'enquête. Ils ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris le 12 avril pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste.