Attentat de Nice : un texte pour en parler aux enfants en colonies

  • A
  • A
Attentat de Nice : un texte pour en parler aux enfants en colonies
Des enfants en colonie. Image d'illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Ce texte conseille comment s'y prendre : s'adapter à l'âge de l'enfant, le laisser s'exprimer ou encore le protéger des images ou propos morbides. 

"Adapter la discussion à l'âge de l'enfant, le laisser s'exprimer, éviter les propos morbides" : pour mieux aborder avec les petits l'attentat de Nice, qui a endeuillé la France le 14 juillet, le gouvernement va faire parvenir un texte indicatif aux directeurs de colonies de vacances, a-t-il annoncé mardi. Chaque année en France, près de 1,3 million d'enfants partent en vacances dans ces structures.

"Processus d'identification" possible. Dans une lettre, adressée aux responsables de structures prenant en charge des enfants et des adolescents en cette période estivale, le ministère de la Jeunesse a souhaité donner quelques "principes généraux" pour parler des attentats. "Après les attentats de 2015, (l'attentat de Nice) peut constituer un nouveau choc pour les enfants et les adolescents. Le mode opératoire est très impressionnant et cette fois-ci des enfants ont été victimes ce qui peut entraîner des processus d'identification", explique-t-il.

Laisser les enfants "s'exprimer". Afin que les animateurs puissent échanger avec les plus jeunes, le ministère préconise notamment dans ce texte de "présenter sobrement mais sans détour les événements", "d'inviter d'abord l'enfant à s'exprimer pour ne pas dire plus que nécessaire", de "le protéger des images et des propos morbides", de "veiller à ce que la parole de chacun soit respectée, par exemple à l'aide d'un bâton de parole" lors d'un temps d'échange en groupe, ou encore de les rassurer en terminant "sur une note de solidarité".

"Un guide" plutôt qu'"une consigne". "En cette période de vacances, les écoles sont fermées. Nos vecteurs traditionnels ne sont pas là pour en parler", a justifié le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, précisant qu'il s'agissait d'"un guide, pas d'une consigne".