Attentat de Nice : "Ce qui a été frappé, c'est la douceur de la vie", résume Hollande

  • A
  • A
Attentat de Nice : "Ce qui a été frappé, c'est la douceur de la vie", résume Hollande
Partagez sur :

Méditerranée en arrière plan et soleil d'automne en surplomb...  Une poignante cérémonie d'hommage national s'est tenue samedi matin à Nice sur la Colline du Château. 

L'ESSENTIEL

Marseillaise, témoignages et énumération des noms des victimes... Quatre mois après la mort de 86 personnes sur la Promenade des Anglais, un vibrant hommage a été rendu aux personnes décédées dans l'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique. Il s'est déroulé samedi et était présidé par le chef de l’Etat François Hollande. "Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est la douceur de la vie (...) et l'unité nationale", a-t-il résumé. 

La Marseillaise suivie d'un émouvant témoignage. La Marseillaise a retenti peu après 11 heures, en surplomb de la vieille ville, sur la Colline du Château de Nice, où étaient rassemblés samedi matin quelque 200 proches de victimes décédées et plus de 1.000 victimes, proches de victimes et personnes choquées. François Hollande a ensuite gagné la tribune officielle, avant de laisser la parole à Cindy Pellegrini, qui a perdu six personnes de sa famille dans la tuerie du 14-Juillet. 

Membre de l'association Promenade des Anges, c'est elle qui a ouvert cette cérémonie, avec un discours émouvant. "Nous, familles de victimes, espérons les faire revivre grâce à vous tous ici", a-t-elle déclaré. "Nice et la France entière pleurent 86 victimes. Notre tristesse est indéfinissable". 

Les noms des victimes lus un par un. A 11h10, le chanteur Julien Clerc a prêté sa voix aux disparus, entonnant sa chanson Utile


En hommage aux victimes de l'attentat de Nice, Julien Clerc interprète "Utile" au piano

Puis, un à un, les noms des 86 victimes décédées ont commencé à être égrenés. Pour chacune de ces personnes, un élève du lycée Massena de Nice est venu déposer une rose blanche au centre du lieu de cérémonie, sur une fontaine éphémère, sur un rectangle de galet blanc. A suivi une touchante interprétation de l'Aria de la Suite en ré de Bach.



François Hollande a pris la parole. "Je salue avec émotion les familles qui ont été frappées dans leur coeur et leur chair", a déclaré François Hollande, qui a pris la parole vers 11h40. "Il y a trois mois, c'était une belle soirée, où les gens se retrouvaient... ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est la douceur de la vie (...), c'est l'unité nationale", a estimé le président de la République. Mais, a-t-il poursuivi, "je sais qu'en dépit des épreuves, des drames, des larmes il n'y a ici pas de haine". 

"C'est la visée monstrueuse qu'ont les terroristes" mais "non, je vous dis non, cette entreprise maléfique échouera, l'unité, la liberté, l'humanité, au bout du compte prévaudront", a martelé le chef de l'Etat. Le chœur des enfants de l'Opéra de Nice a ensuite interprété une poignante Marseillaise



Toute la classe politique réunie à Nice. Autour des victimes et proches de victimes réunies dans les tribunes, plus de 250 personnalités nationales, issues du monde politique, religieux ou membres du gouvernement, 400 élus locaux, les représentants de 19 pays étrangers. "Aujourd'hui, le monde entier, la France, est Nice. #ILoveNice", a tweeté le président LR de la région Paca et premier adjoint de Nice Christian Estrosi, avant le début de la cérémonie à 11h00. 



Plusieurs ministres assistaient à la cérémonie qui se tenaient sur la Colline du Château : le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Défense Jean-Marc Ayrault, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem... Etaient également présents l'ancien président Nicolas Sarkozy, les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, ou encore Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen.