Attentat avorté contre une église en 2015 : le suspect mis en examen et remis en liberté sous contrôle judiciaire

  • A
  • A
Attentat avorté contre une église en 2015 : le suspect mis en examen et remis en liberté sous contrôle judiciaire
L'attentat, piloté depuis la Syrie par le groupe État islamique (EI), avait échoué, mais une professeure de fitness, Aurélie Châtelain, avait été retrouvée morte dans sa voiture.@ AFP
Partagez sur :

L'homme est soupçonné d'avoir apporté un soutien logistique à Sid Ahmed Ghlam, arrêté le 19 avril 2015 dans le cadre de l'enquête sur l'attentat évité contre une église de Villejuif. 

Un homme arrêté mardi dans l'enquête sur l'attentat avorté contre une église de Villejuif, dans le Val-de-Marne, en 2015, a été mis en examen vendredi par les juges antiterroristes, puis placé sous contrôle judiciaire, a déclaré le parquet de Paris, qui va faire appel pour obtenir son placement en détention provisoire.

Son ADN retrouvé sur un gilet par balles. Cet homme de 29 ans, mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la fourniture de matériel à l'auteur présumé de cet attentat avorté, l'étudiant algérien Sid Ahmed Ghlam. Ce dernier avait été arrêté le 19 avril 2015, après avoir lui-même appelé les secours, blessé par balle. Trois autres hommes ont été arrêtés mardi, mais ont été relâchés à l'issue de leur garde à vue. Le suspect mis en examen vendredi est notamment mis en cause car son ADN a été identifié sur un gilet tactique découvert dans la chambre de Sid Ahmed Ghlam.

Quatre autres personnes mises en examen. Quatre autres hommes sont déjà mis en examen dans cette affaire, dont trois en détention provisoire, eux aussi soupçonnés d'avoir participé à la fourniture de matériel ou d'armement à Ghlam. L'attentat avait échoué mais Aurélie Châtelain, professeur de fitness, avait été retrouvée morte dans sa voiture, tuée par balle. Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen pour assassinat et tentatives d'assassinats terroristes.