Attaque d'un bus à La Courneuve : le ras-le-bol des habitants

  • A
  • A
Partagez sur :

Après l'attaque samedi soir d'un bus à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, les habitants expriment leur lassitude. 

Que s'est-il passé pour que des jeunes en viennent à stopper un bus, faire descendre les passagers et l'incendier avec des bidons d'essence ? C'est la scène qui s'est déroulée samedi soir à la cité des 4.000 à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Vers 21h30, trois jeunes cagoulés sont montés dans un bus de la ligne 302 avant de forcer la conductrice et les deux passagers à descendre et de mettre le feu au véhicule. Le maire communiste Gilles Poux a dénoncé "un acte odieux et criminel" sur sa page Facebook. Les habitants sont choqués mais, étonnamment, pas surpris par la violence de l'attaque.

"Je n'ai pas dormi de la nuit". La plupart des résidents ne prêtent même pas attention à la carcasse de voiture qui a brûlé en même temps que le bus. Celle-ci est toujours garée au pied de l'immeuble d'Andrée. "j'ai eu des éclats de braise sur le balcon, sur ma fenêtre, c'est monté jusqu'au 4e, je n'ai pas dormi de la nuit", raconte-t-elle. 

Aujourd'hui 6 lignes de bus ne passent plus dans la cité, leurs terminus est avancé de quelques arrêts. Dans une ville où 40% des moins de 24 ans sont au chômage, c'est la double peine pour Laurence et son fils. "Ça me saoule, c'est tout, j'en ai marre", gronde-t-elle. "Tout le monde subit des conneries comme ça. Mon fils est à la recherche d'un emploi et dès qu'il dit 'La Courneuve, c'est fini'", dit-elle encore, très abattue. 

"Pas la bonne solution". Pour Mamadou, jeune agent de développement local, certains jeunes ont trouvé comme seule solution l'attaque de tous les services publics qui passent."Il y a une forme de jusqu'au-boutisme", dénonce-t-il. "C'est vrai que ce n'est pas la bonne solution mais voir ce bus passé, c'est la seule matérialisation du reste de la société qui est autour de cette cité", tente-t-il d'expliquer.

Ces derniers mois, quatre policiers ont été blessé dans une embuscade, 23 voitures de la mairie et deux bus de la RATP incendié à la Courneuve.