Athlétisme : levée de garde à vue pour l'entraîneur Giscard Samba, soupçonné de viol

  • A
  • A
Athlétisme : levée de garde à vue pour l'entraîneur Giscard Samba, soupçonné de viol
Des athlètes du groupe de Giscard Samba, dont Dimitri Bascou, ont été entendus dans le cadre de l'enquête.@ AFP
Partagez sur :

L'entraîneur d'athlétisme Giscard Samba, accusé de viol par une de ses anciennes sprinteuses et placé en garde à vue mercredi, a été remis en liberté, a indiqué jeudi le parquet de Créteil.

L'entraîneur d'athlétisme Giscard Samba, accusé de viol par une de ses anciennes sprinteuses et placé en garde à vue mercredi, a été remis en liberté, a indiqué jeudi le parquet de Créteil, dans le Val-de-Marne. "Ce qui est sûr, c'est que cet entraîneur a eu des relations intimes avec certaines de ses athlètes féminines. On essaie d'établir s'il y avait consentement ou pas", a expliqué une source proche du dossier. "Si on était convaincu qu'il y avait eu viol, on ne l'aurait pas relâché", a complété cette source.

Suspendu un an par la Fédération française d'athlétisme. Le parquet a par ailleurs indiqué s'être fait transmettre la procédure, "pour étudier les différents éléments, notamment ceux qui ont été développés par Giscard Samba pendant sa garde à vue". Le coach de 41 ans, qui était entendu dans les locaux de la police judiciaire du Val-de-Marne, a par ailleurs été suspendu un an, dont six mois ferme, par la Fédération française d'athlétisme début juin.

Une athlète décrit aussi une "pression psychologique continue". Samba, qui a notamment mené Dimitri Bascou à une médaille de bronze aux JO-2016 sur 110 m haies et Aurel Manga à la 3e place du 60 m haies aux Mondiaux en salle en mars, est accusé de viol par une ancienne athlète de son groupe. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 21 ans, souhaite rester anonyme. Entendue deux fois depuis le début des investigations, elle accuse son ex-mentor de lui avoir imposé trois relations sexuelles entre avril et juillet 2016. Elle décrit également une "pression psychologique continue" de la part de l'entraîneur, qui visait également d'autres sportives. 

Un "gourou", le "maître d'une secte". D'autres athlètes du groupe de Giscard Samba, dont Dimitri Bascou, ont été entendus dans le cadre de l'enquête. Depuis le début de l'affaire, les deux athlètes phares du groupe, Dimitri Bascou et Aurel Manga, ont toujours défendu leur entraîneur. Pascal Martinot-Lagarde et Cindy Billaud, ex-protégés du technicien, s'en sont en revanche largement désolidarisés. Cindy Billaud a ainsi évoqué dans la presse "quatorze ans d'humiliation et de contrainte", alors que Pascal Martinot-Lagarde a décrit son ancien entraîneur comme un "gourou", le "maître d'une secte" et un "illuminé qui vient parler à ses disciples, qui a la parole divine et a toujours raison".