Armée de terre : boom de 40% des candidatures

  • A
  • A
Armée de terre : boom de 40% des candidatures
@ AFP
Partagez sur :

Cette montée en flèche des vocations serait liée aux attentats de janvier qui ont marqué les esprits, des jeunes notamment.

François Hollande est attendu jeudi à Montigny-lès-Metz pour inaugurer le Service Militaire Volontaire. Il doit y rencontrer les 90 jeunes déscolarisés qui vont suivre une formation professionnelle dans cette structure, imaginée après les attentats de janvier. Car les attentats avaient incité le président à augmenter le nombre de recrutement dans l'armée de terre : 15.000 cette année, contre les 10.000 prévus initialement. Une montée en puissance des recrutements qui tombe bien : depuis janvier, le nombre de candidats enregistre une augmentation sans précédent.

Du jamais vu. Cette année, ils seront 170.000 candidats pour intégrer l’armée de terre. C’est 50.000 de plus que l’année dernière, soit une augmentation de 40%. Du jamais vu qui s’explique par la proximité de la menace, selon le colonel Eric de Lapresle, chef du bureau marketing et communication de l’armée de terre : "l’engagement de soldats français au Mali ou dans le monde contre des organisations terroristes, cela reste lointain pour les gens. Un attentat sur le sol français marque sans doute plus les jeunes qui se disent ‘qu’est-ce que l’on peut faire pour aider ?’. Pour nous c’est nouveau", a-t-il expliqué au micro d’Europe 1.

Un effet Charlie ? Ces jeunes attirés par l’armée ont été marqués par les images des interventions face aux terroristes, particulièrement dans l’hyper casher. C’est ce qui a servi de déclencheur dans l’esprit de Céline, une étudiante de 24 ans, qui passe  en ce moment les tests physiques et psychologiques, à Paris : « on les voyait vraiment au cœur de l’action. C’était patriotique. Ils donnent leur vie pour nous", a-t-elle dit à Europe 1. "Le premier qui rentre dans le supermarché, il n’a aucun intérêt personnel : il fait cela pour la France. Je voulais faire partie de cette armée-là : savoir que les gens ont confiance en nous pour nous protéger, c’est ce sentiment là que je veux", a-t-elle encore dit.

Les jeunes ne sont pas les seuls à se manifester : il y aussi des candidats de quarante, cinquante ans. Mais pour ceux-là, il n’y a pas de débouché. Parmi les nombreux critères de sélection, il y a en effet l’âge. La limite ? 29 ans.