Après les chimpanzés, les gorilles probables vecteurs du VIH

  • A
  • A
Après les chimpanzés, les gorilles probables vecteurs du VIH
Partagez sur :

Des virologues français ont identifié un nouveau variant du VIH, génétiquement très proche de celui découvert chez le gorille.

Une équipe de virologues français a identifié un nouveau variant du VIH de type 1, virus à l'origine de la majorité des cas de Sida. Une femme de 62 ans d'origine camerounaise, en est porteuse. Ce virus est génétiquement très proche du virus d'immunodéficience simien SIVgor découvert récemment chez le gorille, ce qui fait dire à Jean-Christophe Plantier et son équipe du CHU de Rouen "que les gorilles, en plus des chimpanzés, sont de probables sources de VIH-1".

La patiente ne présente pas de symptômes d'une infection au VIH. La maladie avait été diagnostiquée en 2004, peu après son arrivée à Paris. Elle dit ne jamais avoir été en contact avec des gorilles et a été contaminée par une autre personne. Pour l'heure, elle se souvient n'avoir été malade qu'une fois, ce qui est fréquent au moment de la contamination (fièvre ou maladie mineure). Pour l'heure, elle répond bien aux traitements. "C'est une souche qui se traite", rassurent les chercheurs.

Cette découverte "met en lumière la nécessité de surveiller de près l'émergence de nouveaux variants du VIH, particulièrement en Afrique centrale, à l'origine de tous les groupes du type VIH-1", soulignent les scientifiques. Probablement transmis à l'homme par les chimpanzés, l'espèce vivante la plus proche de l'être humain sur le plan génétique, le VIH touche aujourd'hui 33 millions de personnes et en a déjà tué 25 millions.