Après la démission du général de Villiers, le malaise au sein des troupes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Au lendemain de la démission du général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, les soldats, sous couvert d'anonymat, font part de leur émoi.

Les militaires sont sous le choc après la "violente" et "injuste" humiliation publique du général de Villiers. Depuis sa prise de poste il y a trois ans, cet officier très respecté n'avait cessé de réclamer plus de moyens pour ses hommes. Mais en exprimant ses critiques - pourtant en huis clos - sur le budget de la Défense et les économies voulues par Emmanuel Macron, le chef d'état-major des armées a précipité sa chute.

Un ordre de façade. Mercredi soir, le profond respect de ses troupes s'est illustré avec l'immense haie d'honneur, formée par les militaires et civils de l'armée, dans la cour du ministère de la Défense. Un hommage triste, marqué par "une fracture désormais énorme entre le président et les armées", confie un haut gradé. Jeudi matin, Emmanuel Macron doit se rendre sur la base aérienne 125 de Istres pour tenter d'endiguer cette crise de confiance. "Emmanuel Macron sera accueilli sans accroc, car c'est notre chef à tous", glisse un soldat en uniforme, au micro d'Europe 1. Mais derrière l'ordre et le respect affichés, il y aura bien du ressentiment, voire de la colère dans les rangs. 

"On se tait et on subit". "Pour parler vulgairement, on se fait baiser. On nous demande de faire beaucoup plus avec beaucoup moins. Et nous, contrairement aux salariés civils qui peuvent sortir dans la rue, on ne peut pas. Donc on se tait et on subit", lâche un militaire sous couvert d'anonymat. Le soldat se dit même "surpris" que plus de hauts dignitaires n'aient pas suivi le général de Villiers mercredi lorsqu'il a claqué la porte. Si Emmanuel Macron a promis de porter le budget des armées à 2% du PIB d'ici 2025, le premier signe effectif, ce sont ces coupes sombres, alors que les troupes sont à pied d'oeuvre comme rarement sur le terrain. "Si on nous coupe les fonds, on ne fera plus rien. On ne pourra plus renouveler l'équipement, les casques, l'armement… Les locaux des casernes tombent en décrépitude. Je pense qu'il a perdu une partie de notre confiance", décrit un militaire inquiet. La base espère donc de la part du président des signaux positifs pour les années qui viennent.

Le général Lecointre légitime et apprécié. Toutefois, tous saluent l'arrivée du général François Lecointre à la tête des armées. Ce qui rassure les hauts gradés, tous unanimes, c'est qu'il est "la bonne personne au bon endroit". Une excellente réputation, du charisme, du caractère, une forte expérience opérationnelle sur plusieurs terrains… voilà des qualités qui devraient aider à l'intégration du général. "Ce qui est positif dans cette misère, c’est que ce gars est intelligent, le plus brillant de sa génération", confie un militaire. Aux yeux de tous, le nouveau chef d'état-major des armées est totalement légitime. Beaucoup attendent désormais de savoir s'il saura montrer qu'il n’est pas à la main de l'Elysée.