Allocations, gaz, plats cuisinés : tout ce qui change à partir du mois d'avril

  • A
  • A
Allocations, gaz, plats cuisinés : tout ce qui change à partir du mois d'avril
Dans les rayons de supermarchés aussi, il y a du changement.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

À partir de samedi, de nouvelles mesures entrent en vigueur. Santé, énergie, entreprises... De nombreux secteurs sont concernés par ces nouveautés du 1er avril.

À chaque mois ses nouvelles mesures. La trêve hivernale touche à sa fin, un nouveau billet de banque est mis en circulation, les prestations sociales sont revalorisées... À partir de samedi, de nouvelles mesures entrent en vigueur, et la plupart mettent l'accent sur le pouvoir d'achat des Français et la transparence des entreprises. Europe1.fr a listé les principaux changements de ce 1er avril.

DANS MON LOGEMENT

  • Reprise des expulsions

Des milliers de familles peuvent être menacées d'expulsion à partir de samedi. La trêve hivernale a pris fin dès vendredi soir, après cinq mois d'application. Hormis les expulsions, les locataires peuvent se voir couper l'électricité ou le gaz en cas d'impayés, et ce jusqu'au 1er novembre. La fin mars marque aussi la fermeture de places d'hébergement spécialement ouvertes pendant les mois d'hiver.

  • Baisse des prix du gaz

Après une hausse au mois de mars, les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie à quelque 5,8 millions de consommateurs, baissent de 0,73% en moyenne au 1er avril. Cette baisse (hors taxes) est de 0,8% pour les foyers se chauffant au gaz, de 0,3% pour ceux utilisant le gaz pour la cuisson, et de 0,5% pour ceux qui en ont un double usage, cuisson et eau chaude.

  • Des annonces immobilières plus transparentes

Les agences immobilières doivent être désormais plus transparentes dans l'affichage des prix des biens. Elles doivent préciser, dans l'agence et sur leur site Internet, le prix du bien proposé à la vente en détaillant le montant des honoraires, et ce qui est à la charge du propriétaire et de l'acquéreur. De même, les annonces des locations doivent systématiquement indiquer le montant du loyer "tout compris", les modalités de décompte des charges locatives, la surface et la commune où se trouve le bien.

DANS MON ASSIETTE

  • Un meilleur étiquetage nutritionnel

Les emballages des produits transformés sont dotés à compter de samedi d'un nouveau pictogramme coloré. La vignette Nutri-score, qui va du vert au rouge, doit donner au consommateur une information plus lisible sur la qualité nutritionnelle du produit. Cet étiquetage, choisi par le ministère de la Santé, n'est toutefois pas obligatoire.

  • Plus de transparence sur l'origine de la viande et du lait

Les plats cuisinés doivent désormais obligatoirement mentionner l'origine de la viande (lieu de naissance, d'élevage et d'abattage) et du lait (lieu de collecte, de conditionnement et de transformation), présents dans leur composition. Ces nouvelles mentions se font à titre expérimental jusqu'au 31 décembre 2018. En revanche, si les plats contiennent moins de 8% de viande ou moins de 50% de lait, cet affichage n'est pas obligatoire.

  • La qualité sanitaire des restaurants dévoilée

Le 3 avril, seront mis en ligne pour la première fois les résultats des contrôles sanitaires effectués par l'État dans tous les secteurs liés à l'alimentation, depuis les abattoirs jusqu'aux restaurants, en passant par cantines, supermarchés, marchés, industrie de transformation agroalimentaire ou vente à la ferme. Ils seront consultables sur le site alim-confiance.gouv.fr et via l'application mobile gratuite. Les résultats seront disponibles pendant un an après la date de réalisation du contrôle.

DANS MON PORTEFEUILLE

  • Hausse des prestations sociales

Exception faite des pensions de retraite, les prestations sociales et familiales sont revalorisées d'une légère hausse de 0,3%. Dans le détail, sont concernés par cette revalorisation : le plafond de ressources donnant droit à la CMU complémentaire et à l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS), les indemnités en capital et rentes d’accident du travail, la prime d’activité, le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation adulte handicapée (AAH), l’allocation de solidarité spécifique (ASS), les pensions d’invalidité, l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), l’allocation temporaire d’attente (Ata), l'allocation de soutien familial (ASF) et l'allocation de rentrée scolaire.

  • Un nouveau billet de 50 euros

De nouveaux billets de 50 euros sont mis en circulation à partir du mardi 4 avril, en France ainsi que dans les autres pays de la zone euro. Comme les précédentes coupures modernisées de 5 euros, 10 euros et 20 euros lancées ces dernières années, ils incluent des dispositifs renforcés anti-contrefaçon. Les anciens billets de 50 euros restent utilisables : aucune date de retrait n'a été fixé à ce jour.

  • Des mesures anti-arnaque sur le dépannage à domicile

Pour lutter contre le fléau des arnaques dans les travaux de dépannage, les artisans intervenant au domicile des particuliers, comme les plombiers ou les serruriers, sont soumis à partir de samedi à des obligations de protection des consommateurs. Toutes les informations concernant le taux horaire de main d'oeuvre, les modalités de décompte du temps estimé, les prix des prestations forfaitaires, les frais de déplacement, ou le caractère gratuit ou payant du devis "doivent être aisément accessibles sur tout espace de communication en ligne dédié au professionnel", précise l'arrêté paru au Journal officiel.