Alerte enlèvement : le père, en état d'évasion, déjà condamné pour des faits de violence

  • A
  • A
Alerte enlèvement : le père, en état d'évasion, déjà condamné pour des faits de violence
Le petit Vicente, 5 ans et demi, a été enlevé par son père mercredi matin.@ Ministère de l'Intérieur
Partagez sur :

Le père du petit Vicente, enlevé mercredi, est activement recherché depuis le mois de décembre. Il avait notamment été condamné en 2015 à 3 ans d'emprisonnement pour des faits de violence.

[MISE À JOUR JEUDI 30 MARS 18h30] Le dispositif alerte enlèvement déclenché mercredi soir pour retrouver Vicente a été levé jeudi, mais l'enfant et son père sont toujours recherchés, selon le parquet. Plus d'infos ici

Le plan alerte enlèvement a été déclenché pour retrouver un garçon de 5 ans et demi enlevé par son père, un détenu en fuite, mercredi dans un camp de gens du voyage à Clermont-Ferrand.

Issu de la communauté des gens du voyage. L'homme, "de type méditerranéen, yeux marron, cheveux courts noir et porteur d'une barbe courte" fait partie d'un médiatique clan de gens du voyage, connu pour ses provocations et vidéos sur internet, tout en muscles et en insultes. Il s'est présenté vers 14 heures au campement situé sur le parking d'une entreprise désaffectée, dans le quartier du Brézet à Clermont-Ferrand, C'est là "où habite la mère et le petit Vicente, qui se trouvait dehors devant sa caravane", a expliqué à Europe 1 le procureur de la République à Clermont-Ferrand, Eric Maillaud.

"Il a jeté l'enfant dans la voiture tout en pointant une arme de poing". "Il s'est donc arrêté et s'est emparé de l'enfant, qu'il a jeté dans la voiture tout en pointant une arme de poing, sans doute un pistolet, en direction du visage de son ex-compagne, qui est sortie de la caravane au moment des faits. Il l'a ensuite giflé ou frappé au visage et a pris la fuite avec l'enfant", a ajouté le magistrat. Selon la police, cet homme circulerait à bord d'une BMW ou une Mercedes noire immatriculée dans le Puy-de-Dôme (63).

"Un homme violent". Condamné à de multiples reprises par la justice, le père kidnappeur est considéré comme "un homme violent" par les enquêteurs. Il avait déjà fait parler de lui en s'échappant à deux reprises de détention. Alors qu'il était incarcéré à la maison d'arrêt de Nevers, dans la Nièvre, il s'était enfui en octobre 2014 d'un centre hospitalier de l'agglomération où il avait été admis pour des soins après avoir volontairement avalé des lames de rasoir. Sa cavale avait pris fin à Bordeaux en septembre 2015.

En cavale depuis décembre. Le 6 décembre 2016, alors qu'il était écroué au centre pénitentiaire de Riom, dans le Puy-de-Dôme pour des "faits de violences aggravées", pour lesquels il avait écopé de 3 ans d'emprisonnement, il s'est à nouveau fait la belle lors d'une sortie en vélo organisée par l'établissement. "Il est depuis activement recherché, en vain à ce jour", a affirmé le procureur au micro d'Europe 1. Puis, moins d'un mois après sa dernière évasion, le fugitif s'était fait tirer dessus à Saint-Yorre, dans l'Allier. Il avait alors prévenu les gendarmes par téléphone. Son ex-beau-père et ses trois fils avaient été par la suite mis en examen pour "tentative d'assassinat" et placés en détention, à l'exception du plus jeune des enfants, mineur. Ils se disent innocents dans cet affaire.

"Un conflit parental très violent". L'enlèvement de Vicente survient dans un contexte de "conflit parental très violent et qui dure depuis longtemps, concernant la garde des deux enfants du couple", a précisé le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud. Par le passé, le fugitif avait déjà enlevé l'enfant, qui ne connaît que très peu son père, pendant un mois, selon la mère de Vicente.