Airbus en feu à Orly : une évacuation dans la panique

  • A
  • A
Airbus en feu à Orly : une évacuation dans la panique
Partagez sur :

Huit passagers ont été blessés mercredi en empruntant le toboggan de secours. Certains témoins mettent en cause les hôtesses de l'air.

Un incident rare s'est produit mercredi en fin de matinée sur le tarmac d'Orly Ouest. Un incendie s'est déclaré sous le réacteur d'un A320 de la compagnie low cost espagnole Vueling en partance pour Alicante. Du kérosène s'est enflammé alors que l'avion reculait. Le commandant a alors "appliqué le protocole", selon le directeur d'exploitation France de chez Iberia, dont Vueling est une filiale. "Il a arrêté les moteurs et évacué les passagers".

La mesure spectaculaire a engendré une certaine panique. En empruntant les toboggans de secours, des passagers se sont blessés. Ils souffrent de contusions sans gravité. L’incendie a ensuite pu être rapidement maîtrisé. Un vol de secours, en provenance de Barcelone, est venu chercher les 169 passagers vers 15h. Il a atterri vers 17h à Alicante. Sept clients ont cependant refusé d'embarquer.

L'équipe de l'appareil a-t-elle bien réagi ? Non, estime notamment un des passagers, Maxime Duteil, rencontré par Mathieu Charrier pour Europe 1 :

En France, un diplôme d'Etat est nécessaire pour exercer comme personnel à bord. Une formation qui n'est pas obligatoire dans d'autres pays. Autre différence : les navigants français sont formés aux différents types d'évacuation d'urgence, en fonction du modèle de l'avion. Ce qui n'est pas le cas notamment en Espagne.

Le directeur d'exploitation France d'Iberia a assuré pour sa part que "le personnel navigant était parfaitement entraîné". Il a seulement évoqué la barrière de la langue qui pourrait expliquer une incompréhension entre les passagers et le personnel navigant.

"On a tendance à dire que Vueling est une compagnie à bas coût, mais c’est quand même une filiale d’Iberia. On peut leur donner le bénéfice du doute", relativise le consultant aéronautique d'Europe 1, Bernard Chabbert :