Agriculture: Stéphane Le Foll très chahuté au congrès de la FNSEA

  • A
  • A
Agriculture: Stéphane Le Foll très chahuté au congrès de la FNSEA
Stéphane Le Foll, lors du 70e congrès de la FNSEA@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

Invité à s'exprimer devant les délégués du syndicat d'agriculteurs, le ministre y a reçu un accueil à la mesure de la colère du monde agricole.

Huées, dos tournés : le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a reçu un accueil très chahuté au 70e congrès de la FNSEA. Le ministre s'exprimait vendredi devant les 1.200 délégués invités par le premier syndicat agricole, au terme d'une année de crises marquée par l'effondrement généralisé des prix.

"Amateurisme". Au troisième et dernier jour de réunion, ce qui "transpire", c'est un "profond sentiment de ras-le-bol et d'exaspération envers la puissance publique", a déclaré Jérôme Despey, l'un des secrétaires généraux adjoints chargés de synthétiser les trois jours de débats. Les agriculteurs en ont "marre de l'amateurisme au plus haut niveau de l'Etat. Nous attendons que les ministres suivent ou dégagent", a-t-il lancé, suscitant comme ses collègues les huées de la salle à chaque mention du nom de Stéphane Le Foll.

Plus de 2 milliards d'allègements de charges. La FNSEA a "obtenu de belles victoires", a souligné Dominique Barrault, autre secrétaire adjoint, citant la création d'un comité sur les normes - dont l'accumulation exaspère les agriculteurs -, la baisse de 10 points des cotisations sociales et une probable entrée en vigueur de l'étiquetage obligatoire sur l'origine des viandes dans les produits transformés. Quelques heures après, énumérant ces mesures, Stéphane Le Foll a été copieusement hué et sifflé pendant presque tout son discours d'une demi-heure, rendu quasiment inaudible par le brouhaha.

Le décret donnant corps aux annonces du 17 février a été publié vendredi matin au Journal Officiel. Il précise les conditions d'une baisse immédiate de sept points supplémentaires des cotisations sociales, avec effet rétroactif au 1er janvier 2016. Selon le ministère, cette baisse de charge, en plus des trois points annoncés précédemment, représente un manque à gagner de 500 millions d'euros pour l'Etat. "Au total, la production agricole bénéficie d'un montant de 2,3 milliards d'allègements de charges" souligne-t-il.