Entre agriculteurs et militants de la cause animale, la surenchère des vidéos sur les réseaux sociaux

  • A
  • A
Entre agriculteurs et militants de la cause animale, la surenchère des vidéos sur les réseaux sociaux
Les militants de la cause animale d'un côté et les défenseurs de la production bovine de l'autre@ captures d'écran Twitter / montage Europe 1
Partagez sur :

Boire une pinte de lait ou manger un morceau de viande face caméra, les producteurs laitiers et bovins répondent à la campagne de sensibilisation contre les violences animales lancée par des militants sur les réseaux sociaux.

Boire une pinte de lait pour promouvoir la production laitière ou bien manger un steak face caméra pour défendre le savoir faire des éleveurs bovins… Des gestes du quotidien transformés en actes militants par des agriculteurs sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Une manière, pour eux, de répondre à la campagne de sensibilisation lancée par les militants de la cause animale.

#FebruDairy, une campagne militante. Tout est parti d'un mouvement sur les réseaux sociaux outre-Manche. La semaine dernière, le hashtag #FebruDairy (un jeu de mots sur "february" - février - et "dairy" - les produits laitiers) a émergé sur Twitter. Les militants de la cause animale l'ont utilisé pour partager des messages sur les violences subies par les animaux avant d'être consommés (aussi bien pour les produits laitiers que pour leur viande).

Des vidéos sur le cycle de production du lait (de la vache qui vient de mettre bas à la bouteille achetée en magasin), ou encore sur les violences subies par les bovins dans les élevages ont été largement diffusées par les militants.

Des vidéos chocs qui s'intercalent avec des déclarations d'amour envers veaux et vaches.

#CeuxQuiFontLeLait et #CeuxQuiFontLaViande répondent. Une campagne en faveur de l'abandon de la consommation de produits animaux qui n'a pas manqué de faire réagir les producteurs de lait et de viande bovine aussi bien au Royaume-Uni à travers les hashtags #MilkPintChallenge (le défi de la pinte de lait) et #PieceOfMeatChallenge (le défi de la pièce de viande). Un défi repris en France où les éleveurs hexagonaux ont associé à ces termes des mots-clés plus français : #CeuxQuiFontLeLait et #CeuxQuiFontLaViande.

Le principe est simple : se filmer en train de boire un grand verre de lait puis nommer trois autres personnes qui doivent faire de même. Le mouvement s'est rapidement répandu notamment sur Twitter où des éleveurs comme des représentants de syndicats d'agriculteurs ont relevé le défi.

Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, s'est elle aussi prêtée au jeu samedi en nommant ensuite le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, pour qu'il fasse de même.

Quant au défi de #CeuxQuiFontLaViande, le principe est le même sauf que le lait (ou le morceau de fromage) est remplacé par une pièce de viande.