Agression d'un cadre du PS : le député En Marche ! M'jid El Guerrab mis en examen

  • A
  • A
Agression d'un cadre du PS : le député En Marche ! M'jid El Guerrab mis en examen
M'jid El Guerrab s'est mis en retrait du parti d'Emmanuel Macron.@ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le député En Marche ! M'jid El Guerrab, accusé d'avoir violemment frappé un cadre du Parti socialiste à coups de casque de moto, a été mis en examen pour "violences volontaires avec arme".

Le député La République en marche (LREM) M'jid El Guerrab, accusé d'avoir blessé à coups de casque de scooter un cadre socialiste, Boris Faure, a été mis en examen à Paris samedi pour "violences volontaires avec arme", a annoncé son avocat. M'jid El Guerrab a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour "violences volontaires avec arme" ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) supérieure à huit jours, a précisé son avocat Yassine Yakouti.

Il "regrette la tournure des événements". "Monsieur El Guerrab regrette naturellement la tournure prise par les événements", a ajouté son avocat tout en affirmant que le député "conteste être à l'origine de cette altercation" survenue mercredi à Paris. M'jid El Guerrab a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contact avec la victime. Le député des Français de l'étranger (Maghreb et Afrique de l'Ouest) avait annoncé vendredi sur Facebook qu'il se mettait en congé du parti présidentiel et du groupe parlementaire LREM, "afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible".

Une altercation sur fonds de rivalité politique. M'jid El Guerrab a déclaré jeudi "avoir été violemment pris à partie" par Boris Faure à Paris mercredi. "C'est lui qui m'a apostrophé et non l'inverse", a-t-il raconté dans un post Facebook. Il y précise que leurs relations se sont détériorées fin 2016, après sa décision de quitter le PS pour rejoindre En Marche ! "Dès lors, Boris Faure n’a cessé de me harceler (...) m'accusant d’avoir trahi le parti", explique-t-il. "Boris Faure a multiplié les invectives." Son avocat, Eric Dupont-Moretti, a mis les coups infligés par M'jid El Guerrab sur le compte d'un "geste réflexe" pour se dégager d'une "emprise" qui "n'avait pas lieu d'être". 

De son côté, "la victime conteste toute attitude et propos violents à l'encontre de monsieur El Guerrab", a indiqué une source proche du dossier à l'AFP. Selon le PS, les coups ont été "d’une violence telle" que les pompiers ont dû transporter en urgence à l’hôpital Boris Faure, premier secrétaire de la fédération PS des Français de l'étranger, "où il a dû subir une opération chirurgicale". Pour les enquêteurs, les circonstances exactes de cette altercation restent à établir.