Harcèlement dans le métro : "Je te veux, je ne te lâcherai pas"

  • A
  • A
Harcèlement dans le métro : "Je te veux, je ne te lâcherai pas"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - 9 femmes sur 10 assurent avoir déjà subi des comportements sexistes dans les transports en commun. Le gouvernement s'empare du sujet.

Bientôt une campagne de prévention. Pour sensibiliser les usagers des transports en commun aux comportements sexistes dont sont victimes les femmes, une campagne nationale de prévention va être lancée. Pour la première fois au sein du Conseil National de la Sécurité dans les transports en commun (CNSTC), le ministre de l'Intérieur, le secrétaire d'Etat chargé des Transports et la secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes ont constitué un groupe de travail sur le sujet.

9 femmes sur 10. Selon une enquête de l'association Osez le féminisme, 94% des femmes déclarent avoir déjà subi des comportements sexistes intimidants en prenant les transports en commun, allant du sifflement à l’agression sexuelle.

>>> Europe 1 a rencontré Vanessa, trentenaire. Il y a quelques semaines, la jeune femme a vécu une scène surréaliste.

"Je te veux". Il est 12h45. Sur le quai du métro Châtelet à Paris, un homme se met à la suivre. Vanessa s'arrête alors calmement. "Qu'est-ce que vous faites ?", lui demande la jeune femme. "Je te veux", lui répond alors son agresseur, en l'attrapant par la taille. Vanessa réussit à se dégager de son emprise. Mais le répit est de courte durée. "Reviens ici ! Je ne te lâcherai pas !", menace son harceleur.





Agression dans le métro : "Je te veux, je ne te...par Europe1fr



Son agresseur se fait passer pour son mari. Dans la rame de métro, Vanessa décide alors de se lever et va s'assoir à côté d'un autre homme. Mais son agresseur ne la lâche toujours pas. Il assure à l'ange gardien éphémère de Vanessa : "Monsieur, vous n'avez rien compris, c'est ma femme". Le voyageur, un peu gêné, lui répond : "Je ne veux pas rentrer dans vos histoires de couple".

Trouver un plan B. Vanessa se retrouve alors toute seule. Son agresseur lui lance un sourire narquois. La jeune femme doit trouver un plan B et vite. "A cet instant, ma seule alternative, c'est de trouver quelqu'un qui lui ressemble, qui pourrait lui parler", analyse t-elle aujourd'hui avec recul.

Son regard se pose alors sur un jeune homme. "Je viens vers toi parce que je sais que tu es fort et que tu vas pouvoir me défendre", lui dit Vanessa. Le jeune homme s'exécute et parvient à décourager le harceleur. Mais il finit tout de même par demander à Vanessa … son numéro de portable.