Affaire Théo: 18 interpellations lors de la manifestation mercredi à Rouen

  • A
  • A
Affaire Théo: 18 interpellations lors de la manifestation mercredi à Rouen
Les policiers ont réalisé 18 interpellations en marge d'un rassemblement pour Théo. @ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

Une manifestation contre les violences policières organisée mercredi à Rouen (Seine-Maritime), a conduit la police à effectuer 18 interpellations, a-t-on appris jeudi de source policière.

La manifestation contre les violences policières, mercredi à Rouen a donné lieu à des échauffourées et conduit à 18 interpellations, a-t-on appris jeudi de source policière. La manifestation d'environ 200 jeunes, très encadrée par les forces de l'ordre a été repoussée du centre-ville vers la zone portuaire où des affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et quelques petits groupes.

Un policier blessé au genou. Au total, il y a eu 18 interpellations et un policier a été blessé au genou lors de l'une d'entre elles, a indiqué jeudi la police. Ces informations n'avaient pas été communiquées immédiatement par la préfecture mercredi soir. Rendez-vous avait été donné sur Facebook par un mystérieux "Mouvement des lycéens rouennais" autour d'arrêts de bus très fréquentés près du Théâtre des Arts, non loin des quais de Seine, les forces de l'ordre barrant l'accès des rues commerçantes.

Des interpellations préventives avant le départ. Avant le départ de la manifestation, la police avait procédé à des interpellations de personnes ayant sur elles des objets "n'ayant pas leur place dans une manifestation", selon la préfecture. Parmi celles-ci, un mineur portant sur lui un fumigène avec bille de fer à l'intérieur, selon la police. Franchissant la Seine, les manifestants s'étaient retrouvés sur les quais rive gauche face à d'autres barrages policiers, les forces de l'ordre répliquant avec des gaz lacrymogènes à des jets de projectiles et repoussant les protestataires vers la zone portuaire.

Des affrontements se sont néanmoins poursuivis et un abribus a été détruit, amenant les forces de l'ordre à procéder à d'autres interpellations. Depuis la violente interpellation le 2 février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de Théo, 22 ans, et la mise en examen de quatre policiers dont un pour viol, les manifestations se sont multipliées en région parisienne et en province.