Affaire Grégory : à Aumontzey, les habitants sont dubitatifs

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

A Aumontzey, où ont eu lieu les interpellations dans l'affaire Grégory mercredi, les habitants font part de leurs doutes. Plus de trente ans après le meurtre, ils ont du mal à croire que la vérité puisse éclater maintenant.

REPORTAGE

Est-ce vraiment nécessaire ? Voilà, en somme, ce que pensent les habitants d'Aumontzey, petit village des Vosges dans lequel ont eu lieu de nouvelles interpellations de l'affaire Grégory, mercredi. Plus de 30 ans après la mort de Grégory, âgé de 4 ans, retrouvé noyé dans la Vologne, cinq personnes ont été entendues en tant que témoins, dont les grands-parents de l'enfant. Sa tante, son grand-oncle et sa grand-tante ont eux, été placés en garde à vue.

"Les laisser un peu tranquilles." Orlando, un ouvrier qui habite le village depuis 30 ans estime que "pour les parents, ce serait bien de savoir qui a tué cet enfant". Mais, "les grands-parents en ont pris un sacré coup, ce serait bien aussi de les laisser un peu tranquilles". Pour lui, cela paraît improbable que l'on découvre enfin la vérité sur cette affaire après tant d'années : "Pourquoi pas, mais j’ai du mal à y croire."

"Encore une erreur judiciaire." Même son de cloche chez Cécile, voisine du grand-oncle et de la grand-tante depuis 40 ans : "La première chose que je me suis dite est : 'Encore une erreur judiciaire'. C’est impossible. Cette histoire va les détruire, tout simplement. Ils ne méritaient pas ça." "Ça ne s'arrêtera jamais", poursuit-elle. A quelques mètres de là, elle pointe une autre maison du doigt. C'est là-bas que le père de Grégory avait assassiné son cousin, Bernard Laroche, dont il était sûr de la culpabilité du meurtre, même s'il avait été innocenté.