Affaire Bettencourt : Banier cité au tribunal

  • A
  • A
Affaire Bettencourt : Banier cité au tribunal
Partagez sur :

La fille de l’héritière du groupe L’Oréal soupçonne le photographe François-Marie Banier d'avoir abusé de la faiblesse de sa mère.

"Nous n’avons plus d’autre choix aujourd’hui que de saisir directement le tribunal pour que la justice se prononce", a expliqué mercredi à Europe 1 Me Olivier Metzner, l'avocat de Françoise Bettencourt. Il a confirmé l’information du Point selon laquelle la fille de Liliane Bettencourt a cité le photographe François-Marie Banier au tribunal de Nanterre, le soupçonnant d'avoir abusé de la faiblesse de sa mère pour obtenir des dons de près d'un milliard d'euros.

Françoise Bettencourt-Meyers avait déposé plainte contre X pour "abus de faiblesse" le 19 décembre 2007 et le parquet avait confié l'enquête à la brigade financière. "Nous pensions que les sommes détournées étaient de l’ordre de 500 millions d’euros", rappelle Olivier Metzner. Une enquête du parquet de Nanterre a démontré qu’il s’agissait, en réalité, de près d’1 milliard d’euros .

Ecoutez Me Olivier Metzner, interrogé par Alain Acco :



Connue pour être "la femme la plus riche de France", l'héritière du leader mondial des cosmétiques L’Oréal, Liliane Bettencourt a toujours refusé de se soumettre à une expertise médicale dans les conditions fixées par le parquet de Nanterre. Dans sa plainte, Françoise Bettencourt-Meyers soulignait que sa mère peut parfois "ne pas se trouver en pleine possession de ses moyens".

Liliane Bettancourt s’est toujours défendue d'avoir été victime du photographe, qu'elle décrivait comme un "artiste", "plein d'ingéniosité", dans une interview au JDD en décembre 2008.

La décision prise par Françoise Bettencourt-Meyers de citer directement le photographe au tribunal correctionnel de Nanterre signifie qu'elle n'a pas attendu que le parquet prenne lui-même la décision de poursuivre le photographe ou de classer le dossier sans suite. Elle ne signifie pas pour autant qu’il y aura un procès.