On a rencontré ceux qui ont côtoyé Benalla : "on m'avait alerté qu'il fallait être prudent avec ce monsieur"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Un "sens politique" et un jeune homme à l'égard duquel il faut être "prudent". Alexandre Benalla est décrit comme un homme très ambitieux par ceux qui l'ont côtoyé.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Qui est exactement Alexandre Benalla ? Cet ancien adjoint au chef de cabinet du président de la République a toujours gravité autour des cercles de pouvoir. Il a notamment assuré la sécurité de François Hollande avant qu'il n'accède au pouvoir. Il a aussi été le chauffeur d'Arnaud Montebourg. Portrait d'un jeune homme très ambitieux, fasciné par le pouvoir, par ceux qui ont croisé sa route.

"Il a un sens politique". Une envie de réussir hors du commun, c'est surtout ce dont se souvient Eric Plumer, ancien chef de la sécurité du Parti socialiste et mentor d'Alexandre Benalla. "C'est inné chez lui. Il a un sens politique", confie-t-il au micro d'Europe 1. "Il est très estimé par l'ensemble des dirigeants politiques parce qu'on voit sa capacité de travail et qu'on voit qu'il a envie d'y arriver. Il a envie de monter des échelons au sein d'un service d'ordre."

Renvoyé du service de Montebourg. Deux ans après son arrivée à Paris, Alexandre Benalla devient le chauffeur d'Arnaud Montebourg mais il provoque un accident et tente de fuir. Le ministre le renvoie. Il reste un temps à l'écart de la vie politique puis réapparaît dans l'entourage d'Emmanuel Macron, alors candidat à l'élection présidentielle.

Un profil qui inquiète. Ni gendarme ni policier, son profil inquiète. Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur, tente alors d'alerter l'entourage du futur chef de l'État. "C'est de source policière qu'on m'avait alerté qu'il fallait être prudent à l'égard de ce monsieur", assure-t-il. "J'ai donc voulu joindre le staff, Richard Ferrand notamment, à plusieurs reprises pour les informer qu'il pouvait y avoir un sujet. Il ne m'a jamais rappelé."

Stoppé en pleine ascension au plus proche du pouvoir. Alexandre Benalla a donc pu suivre Emmanuel Macron jusqu'à l'Élysée et devenir un homme clé de la sécurité du président. Une ascension stoppée nette par la diffusion d'une vidéo le montrant en train de frapper un manifestant pendant les rassemblements du 1er mai dernier.