Affaire Baupin : une première confrontation capitale pour le député

  • A
  • A
Affaire Baupin : une première confrontation capitale pour le député
Denis Baupin a échangé plusieurs dizaines de SMS avec Isabelle Attard entre juin 2012 et novembre 2013.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

Le député écologiste de Paris va être confronté à l'une des quatre femmes qui ont porté plainte contre lui pour harcèlement sexuel. 

Nouvel épisode dans "l'affaire Baupin". Vendredi, pour la première fois depuis que les révélations ont éclaté en mai dernier, le député écologiste de Paris va être confronté à l'une des quatre femmes qui ont porté plainte contre lui pour harcèlement sexuel : la députée écologiste du Calvados, Isabelle Attard. Ce face à face, sans doute éprouvant pour les deux députés, va se tenir à 14h30 à la Brigade de Répression de la délinquance contre la personne (BRDP), à Paris.

De la plaisanterie de mauvais goût... au harcèlement. Il y sera question des dizaines de SMS échangés entre eux de juin 2012 à novembre 2013. Certains - pas tous - ont été fournis à la police par Denis Baupin lui-même. Tout l'enjeu de cette confrontation porte sur l'interprétation de ces messages, c’est à dire la nature des échanges. Pour Denis Baupin, il ne s’agit que d’un simple jeu de séduction parfois incompris. Pour Isabelle Attard, il s'agit de harcèlement.

"Merci mais non merci". Début juillet 2012, l’ex-vice-président de l’Assemblée nationale écrit : "Je t'envoie un nuage de petits bisous t'effleurant la nuque pour mieux te mordiller ensuite." Le lendemain, Isabelle Attard lui répond "Denis, je te l'ai déjà dit... merci mais non merci... et j'ai horreur de me répéter." L’intéressé s'excuse ensuite : "C'était un peu un jeu, désolé si je t'ai embêtée."

Suite judiciaire. Pourtant, les SMS ne s'arrêtent pas là. Des dizaines et des dizaines d'autres seront encore envoyés. Cette confrontation est d’autant plus capitale que les faits ne sont pas prescrits, contrairement aux trois autres plaintes déposées. On saura à la fin de la journée si le député est poursuivi devant la justice ou si l'affaire est classée sans suite. Peu importe l'issue de l'affaire, Denis Baupin a dores-et-déjà d'annoncé qu'il ne se représentait pas aux prochaines élections législatives.