Adolescent tué en Seine-Saint-Denis : sa mort due à un œdème pulmonaire et non aux coups reçus

  • A
  • A
Adolescent tué en Seine-Saint-Denis : sa mort due à un œdème pulmonaire et non aux coups reçus
Cinq mineurs ont été placés en garde à vue. (Photo d'illustration) @ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Les cinq mis en cause seront déférés au parquet en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner, a annoncé mardi le parquet. 

Les gardes à vue des cinq mineurs interpellés dimanche et lundi, et soupçonnés d'être impliqués dans la rixe où un adolescent de 13 ans a été mortellement blessé, samedi, aux Lilas, en Seine-Saint-Denis, ont été prolongées, a indiqué mardi le parquet de Bobigny dans un communiqué. 

Deux malaises avant d'être victime de "violences aggravées". Le parquet ajoute que les premières conclusions permises par l'autopsie attribuent le décès du mineur à un "œdème pulmonaire massif ayant provoqué un arrêt cardiaque" et non aux coups reçus. Le parquet précise que la victime avait déjà connu des alertes d'ordre cardiaque ayant nécessité des examens médicaux. 

Selon les premières investigations, "une première altercation sans contacts physiques se serait déroulée (…) prenant la fuite, le mineur, victime d'un premier malaise, aurait été pris en charge à bord d'un scooter, et aurait été victime d'un second malaise le faisait chuter du scooter". Et le parquet d'ajouter : "Il aurait alors été victime de violences aggravées de la part des mineurs actuellement en garde à vue". 

Il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire à son arrivée à l'hôpital. Pris en charge par des policiers arrivés sur place, il a pu, "bien qu'ayant du mal à s'exprimer, indiquer aux fonctionnaires de police avoir été agressé", ajoute le parquet. A son arrivée au centre hospitalier, "il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire" et les "médecins ne constataient aucun hématome ni aucune fracture palpable". 



Les cinq mis en cause seront déférés au parquet en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner, précise le parquet. Le motif de la rixe n'avait pas pu être exposé lundi, selon une source proche de l'enquête.