Adolescent poignardé à Marseille : l'agresseur présumé a reconnu les faits

  • A
  • A
Adolescent poignardé à Marseille : l'agresseur présumé a reconnu les faits
L'auteur présumé a reconnu avoir porté les deux coups de couteau mortels@ capture d'écran Google Street View
Partagez sur :

Les coups de couteau ont été porté au cours d'une rixe à la sortie des cours en présence de la mère de l'agresseur présumé.

Le lycéen soupçonné d'avoir porté des coups de couteau mortels à un adolescent de 16 ans devant un lycée professionnel des quartiers sud de Marseille jeudi, a reconnu les faits en garde à vue, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Une brouille de lycéens à l'origine des faits. "Il a reconnu en garde à vue, il reste à caractériser les faits", a expliqué la source. La dispute initiale entre deux lycéens, qui a conduit au drame, est "une chicaya, une embrouille de lycéens", selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la sûreté départementale. À la sortie des cours, une rixe a éclaté devant le lycée Poinso-Chapuis entre un lycéen que sa mère était venue chercher et un autre du même établissement avec lequel il était en conflit, accompagné de trois élèves d'un autre lycée, Léonard de Vinci, situé en centre-ville.

Deux coups mortels. L'entourage est parvenu à les séparer mais le jeune homme qui était accompagné de sa mère, a sorti un couteau et porté deux coups, au thorax et à la carotide, à l'un des lycéens de Léonard de Vinci, le blessant grièvement. Prise en charge par les marins-pompiers alors qu'elle était en arrêt cardio-respiratoire, la victime est décédée lors de son transport à l'hôpital.

Cinq personnes encore en garde à vue. L'arme, un couteau selon les premiers éléments, n'a pas encore été retrouvée par les enquêteurs. Tous les protagonistes, à savoir les quatre lycéens et la mère de l'agresseur présumé, qui n'a pas d'antécédent judiciaire, ont été placés en garde à vue jeudi soir. Le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, joint par l'AFP, n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat et doit tenir une conférence de presse vendredi à 16h.